Académie de Créteil – Seine-Saint-Denis – 1200 collégiens en plus, mais 65 postes en moins

28 mars 2012

28/03/2012
Sébastien Thomas

L’inspection académique annonce une réduction du nombre d’enseignants du second degré malgré une hausse des effectifs. Les syndicats protestent.

« Il n’y a pas de mystère, avec une telle équation, soit on augmente la moyenne d’élèves par classe, soit on sabre dans les moyens non obligatoires comme les heures de classes dédoublées, les projets pédagogiques, l’accompagnement éducatif, se désole Mathieu Logothétis, délégué départemental du SNES. Du coup, on a le sentiment que les effets du plan de rattrapage de 1998 (NDLR : un important effort financier avait été consenti par l’Etat dans le 93 pour donner une nouvelle impulsion dans le domaine de l’éducation) ne sont plus visibles. Et quasiment aucun établissement n’y échappe. » L’ensemble des syndicats estime que cette mesure prouve que l’Education n’est plus une priorité pour l’Etat.
« Le cas le plus flagrant est celui des heures supplémentaires, détaille Mathieu Logothétis. Plutôt que de créer des postes, l’Etat préfère distribuer des heures sup. Résultat : celles-ci composent 7% de la dotation horaire des collèges, ce qui correspond à environ 1,5 à 2 postes par établissement. »

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le Site du SNES Créteil


Académie de Lyon – Les enseignants gagnés par le blues

15 mars 2012

15/03/2012
Elisa Frisullo

Les profs du second degré ont protesté mercredi contre les suppressions de postes

«Pressions », « Chantage » Le malaise s’intensifie dans les collèges, lycées et lycées professionnels de l’académie de Lyon selon le Snes qui organisait un rassemblement de protestation mercredi devant le rectorat. A l’origine de la colère des profs : la préparation de la rentrée prochaine qui devrait une nouvelle fois se traduire par la suppression de 250 postes dans le second degré. « En cinq ans, on en a perdu 10 % , soit 1 500 temps pleins, explique Jean-Louis Perez, secrétaire général du SNES. Ces suppressions ont été compensées les années passées par le rectorat en faisant appel aux professeurs stagiaires ou en multipliant les heures supplémentaires des enseignants titulaires.

c. villemain / 20 minutes

Une explosion des heures supp
« Mais il n’y a plus de marge de manœuvre. Dans les établissements, où 1 500 élèves de plus sont attendus, ça va forcément se traduire par une diminution de l’offre éducative », déplore le secrétaire général.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le Site du SNES Lyon


Les enseignants manifestent contre la suppression de 14.000 postes

31 janvier 2012

31/01/2012
Laetitia Soudy

Un appel à la grève a été lancé par les syndicats pour dénoncer la suppression de 14.000 postes à la rentrée 2012 et une réforme de l’évaluation des enseignants.


Voir l’intervention de Frédérique Rolet, co secrétaire générale du SNES-FSU (de 1’02 » à 1’32 »).
—–


Le SNES en campagne – Communiqué de presse du 1er février 2012 : « Journée du 31 janvier : la profession maintient la pression« 


Education : grève contre les postes supprimés et la réforme de l’évaluation

31 janvier 2012

31/01/2012
(avec AFP)

Plusieurs milliers d’enseignants ont défilé mardi à Paris à l’appel de syndicats qui ont également lancé un mouvement de grève pour dénoncer les 14.000 suppressions de postes à la rentrée et exiger le retrait du projet de réforme de l’évaluation.

Les syndicats dénoncent un projet qui « touche au coeur même du métier » et conduit, selon eux, à une gestion « managériale » de leur profession.
La mobilisation « permet de dire aussi au futur gouvernement: +vous voyez, il n’est pas question de réactiver les projets de ce type+. C’est un changement profond de culture, qui nécessite des négociations dans un vrai dialogue social », a dit Frédérique Rolet, co-secrétaire générale du SNES.

Lire l’article dans son intégralité.
—–


Le SNES en campagne – Communiqué de presse du 1er février 2012 : « Journée du 31 janvier : la profession maintient la pression« 


Académie de Créteil – Val de Marne : un lycée à l’heure de la grève

31 janvier 2012

31/01/2012
Anne-Laure Abraham

Nous avons pu nous glisser parmi les professeurs d’un lycée de Cachan (Val-de-Marne). Entre ceux qui feront grève aujourd’hui et les autres, le débat est parfois vif.Nous avons pu nous glisser parmi les professeurs d’un lycée de Cachan (Val-de-Marne). Entre ceux qui feront grève aujourd’hui et les autres, le débat est parfois vif.

Dans cet établissement de l’académie de Créteil, l’une des plus touchées par les suppressions de postes, une trentaine d’enseignants devraient aujourd’hui faire grève, selon Isabelle Truffinet, représentante du SNES dans le lycée, syndicat majoritaire dans le second degré qui appelle à la grève aujourd’hui : « C’est pas mal pour un établissement où il y a 140 professeurs! » s’enthousiasme-t-elle.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne –Evaluation-métiers : grève le 31 janvier

Le Site du SNES Créteil


L’appel à 101 grèves ce mardi dans l’éducation nationale

31 janvier 2012

31/01/2012

Nathanael Charbonnier

Les raisons de la colère

Cette journée de mobilisation des enseignants fait suite à celle de décembre où les enseignants étaient déjà descendus dans la rue pour dire leur ras-le-bol contre la politique du gouvernement. En cause, la suppression des postes dans l’Education nationale, mais aussi l’amélioration des conditions de travail, et encore et surtout, le retrait de décrets sur une réforme de l’évaluation des enseignants.

Le SNES, principal syndicat du second degré, s’oppose au projet d’évaluation des enseignants.

Ecouter l’intervention de Frédérique Rolet, co secrétaire générale du SNES-FSU sur le sujet.
—–


Le SNES en campagne –Evaluation-métiers : grève le 31 janvier


Académie de Lille – Ce qui fait râler les profs

31 janvier 2012

31/01/2012
Gilles Durand

Les enseignants sont appelés à manifester aujourd’hui.

Le rectorat prévoit une baisse de 5 000 élèves dans le primaire à la prochaine rentrée. « Cette différence explique à elle seule les 335 retraits de postes d’enseignants du premier degré », annonce l’institution. Pas si simple, d’après les syndicats. « Le rectorat procède à un tour de passe-passe en faisant disparaître les 2-3 ans de ses effectifs », dénonce Karine Boulonne, du SNES. L’académie reste néanmoins au-dessus de la moyenne nationale sur la scolarisation des moins de 3 ans. « Nous augmenterons l’aide personnalisée plus ciblée pour les élèves en difficultés », promet le rectorat.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le Site du SNES Lille

Le SNES en campagne – Budget/Rentrée


%d blogueurs aiment cette page :