Grande première au lycée

5 septembre 2011

05/09/2011
Delphine Bancaud

Plus de 321 000 lycéens vont inaugurer dès aujourd’hui les nouvelles premières générales. Une deuxième phase pour la réforme des lycées, qui avait démarré à la rentrée 2010 par le lifting de la classe de seconde.

De son côté, Frédérique Rolet, cosecrétaire générale du SNES-FSU, s’inquiète « des regroupements d’élèves de différentes séries dans des cours du tronc commun, alors qu’ils prépareront des épreuves du bac différentes ».

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Communiqué du 29 août 2011 : Le dossier de presse de la conférence de rentrée du SNES


Réforme des lycées: «Le bilan est contrasté selon les établissements»

15 mars 2011

15/03/2011
Delphine Bancaud

Valérie Sipahimalani, professeur de SVT au lycée Jules Ferry, à Paris et secrétaire nationale du SNES-FSU en charge des lycées, fait le point…

Le SNES a fait sa propre enquête dans une centaine de lycées pour évaluer la mise en oeuvre de la réforme des lycées. Quels sont vos principaux constats ?
Le bilan est contrasté selon les établissements. Concernant les enseignants d’exploration par exemple, on sait que les options «méthodes et pratiques scientifiques» et «littérature et société» fonctionnent bien. Mais les lycées ne proposent généralement pas toute la palette d’enseignements d’exploration prévue par la réforme. Enfin, comme tous les élèves doivent choisir un enseignement en économie dans les deux, les professeurs de sciences économiques et sociales disent rencontrer des difficultés, car ils ont beaucoup d’élèves à gérer et des programmes très chargés.

L’accompagnement personnalisé fonctionne-t-il bien?
Selon nos informations, il n’a été mis en place dans l’esprit de la réforme que dans la moitié des établissements environ. Dans ces lycées, les enseignants disent en général qu’ils ne savent pas quoi faire de ces heures, et pointent un malentendu avec les élèves et les familles, qui s’attendaient à un tête à tête avec un prof et non à du travail en groupe. Ailleurs, il est surtout utilisé pour dédoubler des cours. […]

Lire l’entretien dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne – Réforme du lycée


Comment les établissements gèrent la réforme du lycée

15 mars 2011

15/03/2011
Marie-Estelle Pesh

En soutien personnalisé, certains s’initient à la philo, d’autres révisent leurs maths.

Pour Valérie Sipahimalani, du SNES, premier syndicat des enseignants du secondaire, les enseignants réagissent de manière contrastée. De nouvelles matières comme «méthodes et pratiques scientifiques» ou «littérature et société» sont plébiscitées. En revanche, le nouveau programme de sciences économiques serait «trop lourd». Tous les proviseurs contactés regrettent en revanche la diminution des effectifs d’enseignants annoncées.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne – Réforme du lycée


Chatel veut étendre l’enseignement de la philosophie à la seconde et la première

19 novembre 2010

19/11/2010
Stéphane Dupont

Le ministre de l’Education a proposé hier d’introduire des cours de philosophie à titre expérimental dans des lycées volontaires. Une idée plutôt bien accueillie. D’autant qu’elle ne coûterait rien, les enseignants de cette matière étant en surnombre.

Des thématiques telles que la citoyenneté, les droits et devoirs pouvant être abordées sous l’angle philosophique, a-t-il expliqué. « Ce qui est déjà possible », souligne Frédérique Rolet du SNES, premier syndicat du secondaire. Dans les faits, l’ECJS est rarement enseigné par des professeurs de philosophie.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne – Réforme du lycée


La philosophie conviée au lycée dès la seconde

18 novembre 2010

18/11/2010
(avec AP)

La philo est invitée à déborder le cercle des seules classes de terminale: le ministre de l’Education nationale Luc Chatel a saisi jeudi l’occasion de la Journée mondiale de la philosophie pour afficher sa volonté d’une initiation à cette discipline dès la seconde, sous diverses modalités, à compter de la rentrée 2011.

« On est satisfait que le ministre s’intéresse à l’enseignement de la philo en France », a expliqué à l’Associated Press Roland Hubert, co-secrétaire général du SNES-FSU (syndicat national des enseignements de second degré), en précisant que le syndicat souhaitait depuis plusieurs années un enseignement -et « pas une initiation »- de la philosophie en première littéraire.
Reste que « nous n’avons pas le détail » des initiatives. « Nous sommes assez dubitatifs sur ce qui est proposé », a-t-il dit, estimant qu’il n’y avait « rien de nouveau » concernant les cours d’ECJS : leur mise en place « s’est faite avec la recommandation que cet enseignement puisse être fait par n’importe quel prof volontaire de n’importe quelle discipline », a argué Roland Hubert.
En outre, le gouvernement « reste dans un cadre budgétaire contraint, on ne recrute pas d’enseignants, on diminue les horaires d’enseignement des élèves et on veut rajouter des choses », a-t-il noté, observant que les profs de philo n’étaient « pas si nombreux ».
Et Roland Hubert d’insister sur la nécessité d’une mesure « inscrite dans la durée » avec une « assurance de financement sur plusieurs années ».

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne – Réforme du lycée


« Je ferai grève car pour la première fois en 25 ans d’enseignement, j’angoisse »

6 septembre 2010

06/09/2010

Un jour avant la mobilisation interprofessionnelle du 7 septembre sur la défense des retraites, le SNES-FSU, principal syndicat de l’enseignement secondaire, a appelé les professeurs à faire grève, lundi, sur des revendications spécifiques à l’éducation nationale – contre les suppressions de postes, la réforme des lycées et l’intégration cette année d’enseignants stagiaires sans formation préalable. La plupart des enseignants partagent les inquiétudes du SNES-FSU, mais se divisent quant à l’opportunité de cette journée de grève, trois jours seulement après la rentrée. Sélection de témoignages reçus au Monde.fr.

* Ma première année, une heure de cours me demandait six heures de préparation, par A.

Jeune enseignante de lettres classiques en lycée, je ferai grève le 6 septembre pour protester contre la diminution du nombre de postes : deux anciennes élèves, croisées ce matin, se plaignaient de se trouver dans des classes à 35 élèves. Plainte d’élève, pas d’enseignant. Je ferai grève aussi pour protester contre la réforme du concours. Je me souviens qu’il y a trois ans, lors de mon année de stage, une heure de cours de français, en seconde, me demandait six heures de préparation. On ne s’improvise pas professeur, il faut du temps pour préparer ses cours et il faut du temps pour apprendre de ses erreurs (c’est très formateur, les erreurs, mais seulement si on peut y réfléchir a posteriori).

Lire l’ensemble des témoignages sélectionnés par LeMonde.fr
—–


Le SNES en campagne : Le SNES appelle à la grève les 6 et 7 septembre


Éducation : deux jours de grève juste après la rentrée

6 septembre 2010

06/09/2010
Natacha Polony

Le SNES appelle les profs à cesser le travail lundi pour défendre le système éducatif.

En fait, le SNES entend protester contre les suppressions de poste mises en œuvre depuis 2007, et dont les effets, selon le syndicat, commencent à se ressentir sur le terrain (le budget 2011 devrait pour la première fois consacrer des suppressions de postes dans l’enseignement primaire), mais également contre la réforme du lycée, point d’orgue de la politique de Luc Chatel. Ce qui explique que le SNES ne soit pas suivi sur ce mot d’ordre est le positionnement à front renversé des autres syndicats sur une réforme qui rejoint les visées de tous les partisans des pédagogies modernes.

Lire l’article dans son intégralité.
—–


Le SNES en campagne : Le SNES appelle à la grève les 6 et 7 septembre


%d blogueurs aiment cette page :