« Grosse fatigue au ministère » qui oublie des horaires, raille un tweet du SNES–FSU

29 juin 2015

franceinfo

Fini la philo en Terminale L et l’histoire-géo en 1ère S ? Non, les matières sont toujours bien présentes au programme de la rentrée des lycées mais absentes en revanche des grilles horaires publiées par l’Éducation nationale. Un oubli qui n’a pas échappé au SNES –FSU qui réagit avec humour sur twitter.

tweetgrossefatigue

Le ministère de l’Education nationale a en effet publié aujourd’hui au Journal officiel les nouveaux horaires des lycéens. Le problème c’est qu’il manque 2h30 d’Histoire-Géo en 1ère S, 8h de Philo en Terminale L et 4h en filière ES.

Une erreur qui sera corrigée sous peu au Journal officiel, promet le ministère.

Lien direct : http://www.franceinfo.fr/actu/education/article/grosse-fatigue-au-ministere-raille-un-tweet-du-snes-fsu-695292


Bac option « création d’entreprise » ?

1 mars 2013

europe101/03/2013
Gaétan Supertino

L’idée émane deux députés opposés, mais ne séduit pas tout le monde.

Les enseignants dubitatifs. « C’est une idée surréaliste », estime pour sa part Daniel Robin, co-secrétaire du SNES, premier syndicat des enseignants du secondaire, contacté par Europe1.fr. « La création d’entreprise ne relève pas d’une formation au baccalauréat et de ses exigences, c’est hors objet, ce n’est pas le niveau », tacle-t-il, craignant que l’on « ne mobilise trop de forces pour une option qui ne doit pas être le cœur de compétence d’un jeune bachelier ».

Lire l’article dans son intégralité.
—–


Vincent Peillon réintroduit l’histoire-géo en terminale S

29 novembre 2012

lemonde29/11/2012
Mattea Battaglia

Le rétablissement de l’histoire-géographie en terminale scientifique : voilà un engagement de campagne sur lequel le gouvernement n’entend pas transiger.

Pour le SNES-FSU, majoritaire dans le second degré, c’est toute la philosophie de la réforme Chatel qu’il faut remettre à plat : « Cette manière de faire, par petits bouts, ne nous convient pas », affirme Roland Hubert, son secrétaire général. La Rue de Grenelle n’est pas sourde aux critiques.

Lire l’article dans son intégralité.
—-


Histoire scolaire ou nationale ?

6 octobre 2011

06/10/2011

par Roland HUBERT co secrétaire général du SNES-FSU, Alice CARDOSO responsable du groupe Histoire-Géogrpahie au SNES-FSU, Laurence DE COCK et Suzanne CITRON historiennes.

Quelques enquêteurs médiatiques alertent l’opinion sur l’entreprise en cours d’assassinat de l’histoire de France. Les grands hommes, les grands règnes, les repères (c’est-à-dire les grandes dates) seraient en train de disparaître au profit de «nouveautés» comme l’histoire des Empires médiévaux africains ou l’Inde des Guptas. Selon les contempteurs des nouveaux programmes scolaires de collège, il y aurait grand danger donc, et urgence à rétablir un récit national avec ses héros, seuls en mesure de reconstruire une identité collective menacée par le communautarisme. Outre le fait qu’elle ignore que l’histoire nationale conserve une place prépondérante dans les programmes, cette offensive nous apparaît dangereuse.

Lire la tribune dans son intégralité.
—–

Pétition : Histoire géographie en 1ère : un programme insoutenable, qui dénature la discipline et nos métiers


Lycée : le programme d’histoire trop chargé ?

26 septembre 2011

26/09/2011
A.S.

Comment faire ingurgiter à des élèves en classe de première un programme aussi ambitieux que « l’histoire de 1850 à nos jours » en un laps de temps record ?

« Ces programmes proposent une sorte de zapping, où il faudrait avoir vu un ensemble de choses qui sont incontournables. Mais comme il faut les avoir toutes vues, forcément, elles perdent complètement leur sens, en tous cas elles perdent leur sens historique », explique sur Europe1 Alice Cardoso, professeur d’histoire-géographie, qui a lancé la pétition du SNES. « Il y a deux possibilités : soit on fait le programme et on laisse nos élèves loin derrière nous, soit on prend le temps de faire correctement notre métier, c’est-à-dire bien leur expliquer les choses, de faire en sorte qu’ils aient compris. Auquel cas, on ne pourra pas le finir, ce programme. »

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Pétition : « Histoire géographie en 1ère : un programme insoutenable, qui dénature la discipline et nos métiers« 


« Enseignez l’orientation sexuelle, ça intéressera les élèves ! »

9 septembre 2011

09/09/2011
Daniel Schneidermann

Arrêt sur les nouveaux manuels de SVT, qui déchaînent la polémique.

Pour y répondre, Eric Fassin, sociologue, spécialiste des études de genres, Michel Boyancé, philosophe, auteur de Masculin, féminin, quel avenir (Ed. Mame) et Valérie Sipahimalani, professeure de SVT au lycée Jules Ferry à Paris, et syndicaliste au SNES (Ndlr : Secrétaire Nationale du SNES en charge du secteur « Lycée »).

On en vient à l’étude minutieuse de ces manuels…Un couple homosexuel masculin, des pages montrant des stéréotypes de scènes familiales d’hier et d’aujourd’hui, pour mettre en évidence l’évolution des rôles de l’homme et de la femme: ces éléments ont-ils leur place dans un manuel de SVT ? Valérie Sipahimalani est partagée : « pas sûr que ce soit utile dans les manuels de SVT », estime-t-elle. Surtout, elle estime qu’en tant que prof de SVT, elle n’a reçu aucune formation de l’Education nationale pour enseigner ces thèmes. « Il y a un gros effort de formation à faire pour être capable d’accompagner les élèves ». « Vous êtes plutôt opposée, alors », demande Daniel. « Non, répond-elle, « vous caricaturez. C’est inéluctable de parler de ces sujets, mais ce n’est pas le centre du cours. »

Disponible seulement pour les abonnés du journal ou à l’achat à l’unité.
—–

Communiqué du 1er septembre 2011 : « Députés UMP et théorie du genre : le retour de la censure ? »


Comment traiter l’identité sexuelle dans les manuels ?

2 septembre 2011

02/09/2011

Focus

L’orientation sexuelle doit-t-elle être enseignée aux adolescents ? Et si oui, sous quelle forme ? En France, un manuel scolaire qui affirme que le contexte socioculturel joue un rôle essentiel dans la sexualité de chacun au même titre que le genre hérité à la naissance a déclenché la polémique.

Voir l’entretien avec Roland Hubert, co secrétaire général du SNES-FSU (3’00 » à 9’12 »)
—–

Communiqué du 1er septembre 2011 : « Députés UMP et théorie du genre : le retour de la censure ? »


%d blogueurs aiment cette page :