Après l’immolation de Béziers, la santé des profs en question

28 octobre 2011

28/10/2011
Cécile Quéguiner
Cécilia Arbona

Alors que le lycée de Béziers est encore traumatisé par le suicide spectaculaire de sa professeure de maths, un rapport à paraître pointe l’épuisement et les souffrances des enseignants.
À son arrivée au ministère de l’Éducation, Luc Chatel avait fait de la santé et du suivi des profs une priorité. Pourtant ceux-ci se sentent plus seuls que jamais.

Selon le SNES, principal syndicat de l’enseignement secondaire, sur les 80 médecins promis par le ministre pour 2011, seuls 17 ont été recrutés. Des médecins qui gèrent chacun en moyenne la santé de plus de 10.000 agents. Mission impossible !
« Il n’y a pas de culture de la santé au travail dans l’Éducation », témoigne Élisabeth Labaye, 56 ans. Cette professeure d’histoire-géographie près de Rouen n’a jamais passé de visite médicale, depuis sa visite d’aptitude en tout début de carrière.

Ecouter Elisabeth Labaye, secrétaire nationale SNES-FSU en charge du secteur « Protection sociale », sur le suivi médical des enseignants depuis des années (3’19 ») [Deuxième lien audio sur la page]

Cet article et ces reportages audio ne sont plus en ligne.
—–
Communiqué de presse du 17 octobre 2011 : « Drame de Béziers« 

Publicités

Suicide au lycée: les syndicats appellent à « une marche blanche académique » à Montpellier

18 octobre 2011

18/10/2011
(avec AFP)

Après la « marche blanche » mardi à Béziers (Hérault), les syndicats ont appelé leurs collègues à une « marche blanche académique » mercredi à Montpellier en hommage à Lise Bonnafous, enseignante décédée après s’être immolée par le feu dans la cour du lycée Jean-Moulin.

Dans un communiqué, le SNES, le SNEP, le SNUEP etl’ensemble des syndicats de la FSU Languedoc-Roussillon ont demandé à leurs collègues, aux parents d’élèves, aux lycéens ettoute la communauté éducative, de s’associer au rassemblement devant le rectorat prévu mercredi par les enseignants de l’établissement biterrois.

« Nous avons fait le choix de soutenir et de renforcer les initiatives proposées par l’ensemble des collègues du lycée Jean-Moulin et d’appeler toute la profession à exprimer son émotion et sa solidarité, mais aussi son indignation et ses exigences », ajoute le communiqué.

Lire l’article dans son intégralité.

—–

Communiqué de presse du 17 octobre 2011 : « Drame de Béziers »

Le Site du SNES Montpellier


Suicides : des enseignants à mauvaise école ?

18 octobre 2011

18/10/2011
Aurélie Haroche

Les cours ne reprendront pas avant la rentrée des vacances de la Toussaint au lycée Jean Moulin de Béziers où la semaine dernière un professeur de mathématiques de 44 ans s’est immolé devant ses élèves au milieu de la cour de récréation.

Le suicide du professeur de Béziers a ainsi tout d’abord été l’occasion une nouvelle fois pour le Syndicat national des enseignants du secondaire (SNES) d’interpeller le gouvernement sur la nécessité de mettre en place « une véritable médecine du travail dans l’Education nationale ». Cependant, aujourd’hui, la médecine du travail dans ce secteur souffre d’une très forte désaffection : sur les 80 postes ouverts par le ministre Luc Chatel cette année, seuls 17 ont en effet trouvés preneurs.

Lire l’article dans son intégralité.
—–
Communiqué de presse du 17 octobre 2011 : « Drame de Béziers« 


Comment épauler les professeurs en souffrance

17 octobre 2011

17/10/2011
Florence Deguen

Face au durcissement des conditions d’enseignement et aux réductions d’effectifs, la détresse des professeurs se fait de plus en plus vive. Des solutions pourraient être mises en place pour sortir du malaise.

La MGEN, la mutuelle des professeurs, a ouvert quelques espaces d’accueil et d’écoute pour les enseignants dans plusieurs grandes villes… C’est efficace, mais sous-utilisé, encore faut-il les connaître et oser. « Il faudrait pouvoir accéder facilement, partout, à des équipes pluridisciplinaires neutres et extérieures aux établissements », estime Frédérique Rolet, secrétaire générale du SNES, majoritaire dans le second degré. « Un médecin du travail, autour duquel travaillerait un psy, un formateur, une assistante sociale… »

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Communiqué de presse du 14 octobre 2011 : « Tentative de suicide d’une enseignante à Béziers« 


A Béziers, les collègues de l’enseignante témoignent de leur difficile mission

14 octobre 2011

14/10/2011
(avec AFP)

Les enseignants du lycée Jean-Moulin de Béziers, où une cellule de soutien devait être maintenue plusieurs jours, exprimaient leur désarroi et leur difficulté à mener à bien leur mission, vendredi au lendemain de la tentative de suicide d’une de leurs collègues.

Le SNES-FSU, premier syndicat du secondaire, préfère attendre de « savoir ce qu’il en est réellement » quant au lien entre la tentative de suicide de la professeure et son travail, avant de décider d’une action. « Il est sûr qu’il y a une souffrance accrue des enseignants depuis cinq ans, mais on ne saute pas sur les occasions », a souligné Bernard Duffourg, délégué du syndicat dans l’académie.

Au niveau national, le SNES a réclamé un « débat » sur le métier d’enseignant après cette « tragédie ». Il souhaite notamment « interpeller le ministre sur l’importance de la mise en place d’une véritable médecine du travail dans l’Education nationale » et l’amélioration des « conditions générales de travail des enseignants, dont la pénibilité s’est considérablement accrue ces dernières années ».

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Communiqué de presse du 14 octobre 2011 : « Tentative de suicide d’une enseignante à Béziers« 


Béziers : les syndicats de profs sous le choc

14 octobre 2011

14/10/2011
Alexandre Sulzer

La dureté du métier d’enseignant est pointée du doigt, de même que l’attitude de l’Education nationale…

Après l’immolation par le feu d’une enseignante à Béziers, les syndicats de professeurs se veulent prudents. «C’est toujours compliqué de distinguer les motifs personnels des motifs professionnels dans un tel geste», met en garde Frédérique Rolet, secrétaire général du Syndicat national des enseignements de second degré (SNES).

«Mais s’immoler sur son lieu de travail a quand même un sens. L’Education nationale n’a aucune politique de ressources humaines, d’accompagnement des personnes en difficulté», pointe du doigt la syndicaliste. Selon elle, le taux de suicide chez les professeurs est plus élevé que la moyenne.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Communiqué de presse du 14 octobre 2011 : « Tentative de suicide d’une enseignante à Béziers« 


L’enseignante de Béziers qui s’était immolée par le feu est décédée

14 octobre 2011

14/10/2011
(avec AFP)

L’enseignante du lycée Jean-Moulin de Béziers qui s’était immolée par le feu jeudi dans la cour de l’établissement est décédée vendredi des suites de ses blessures et, depuis ce drame, ses collègues ont exprimé leur désarroi et leur difficulté à mener à bien leur mission.

Au niveau national, le SNES, premier syndicat du secondaire, a réclamé un « débat » sur le métier d’enseignant après cette « tragédie ». Il souhaite notamment « interpeller le ministre sur l’importance de la mise en place d’une véritable médecine du travail dans l’Education nationale » et l’amélioration des « conditions générales de travail des enseignants, dont la pénibilité s’est considérablement accrue ces dernières années ».

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Communiqué de presse du 14 octobre 2011 : « Tentative de suicide d’une enseignante à Béziers« 


%d blogueurs aiment cette page :