Scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans ? Valérie Sipahimalani (SNES-FSU), Europe 1 Midi, 21.09.2016

23 septembre 2016

La ministre de l’Éducation nationale a lancé samedi l’idée d’une scolarité obligatoire de 3 à 18 ans, contre 6 à 16 ans actuellement.

Pas simple à mettre en place. Si la proposition satisfait le SNES-FSU, encore faut-il « se donner les bons moyens » pour l’appliquer, insiste Valérie Sipahimalani, secrétaire générale du syndicat enseignant, « Actuellement, le lycée n’est pas calibré pour accueillir tous les élèves. Il faut donc réfléchir à une nouvelle organisation. On ne pourra pas continuer à entasser les lycéens à 36 par classe ».


« Engager plus de professeurs ». « Cette année, on a 40.000 élèves de plus dans le secondaire et on n’a pas ouvert suffisamment de classes », insiste la secrétaire générale du SNES. « Si on veut atteindre cet objectif, il faut donc engager et former plus de professeurs ».


60000 postes créés dans l’Education, vraiment ? Xavier Marand (SNES-FSU), France Info 22.09.2016

23 septembre 2016

La ministre de l’Éducation, a annoncé que le budget 2017 prévu pour le ministère de l’Éducation permettra de tenir l’une des promesses phares du gouvernement : créer 60 000 postes pour l’Éducation et la Recherche.

Cette annonce ne rassure pas Xavier Marand, secrétaire général adjoint du SNES-FSU. « Une fois de plus, la ministre utilise des jeux d’écriture pour atteindre ses 60 000 postes. Les concours pour les postes d’enseignants « ne font pas le plein, ajoute Xavier Marand. Dans le second degré, il y a une crise majeure dont le gouvernement n’a pas pris la mesure.

Lien direct : http://www.francetvinfo.fr/societe/education/xavier-marand-snes-fsu-la-ministre-fait-des-jeux-d-ecriture-pour-atteindre-60000-postes_1836407.html


Face à la grogne des enseignants, des moyens en plus annoncés dans le 93

23 novembre 2014

logo-liberation-311x113 « Frédérique Rolet, cosecrétaire générale du Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, a qualifié les annonces de «peu claires et insuffisantes», et estimé que «les remplacements non assurés et la rotation importante» méritaient «de réfléchir sur les conditions de travail» en Seine-Saint-Denis.

«Il ne suffira pas d’améliorer le recrutement des professeurs pour éradiquer une partie des causes des difficultés scolaires que rencontre un nombre important d’enfants et de jeunes de ce département», a pour sa part indiqué SE-UNSA, se réjouissant néanmoins de «l’accompagnement des contractuels» et «des jeunes en formation»….. »

Lire l’intégralité de l’article


PROFS : Le Monde dénonce une entourloupe dans la création de postes

9 novembre 2014

arretsurimage

… »LA CONFUSION DERRIÈRE LE TERME DE « STAGIAIRE »

original.76029.demi

Le Monde avait pourtant trouvé les 60 000

Des conclusions tranchées qui ont de quoi étonner. Car trois mois plus tôt, le même journal écrivait… exactement le contraire. « La création de 60 000 postes, un pari en passe d’être tenu », titrait le journal dans son édition du 16 juillet 2014. « Il est trop tôt pour dire si l’engagement pris par François Hollande pendant la campagne présidentielle de 2012 sera tenu, mais les résultats des concours 2014, publiés progressivement jusqu’au 13 juillet, montrent qu’il existe encore des raisons d’y croire », assurait Le Monde. Trois mois plus tard, le journal n’y croit plus du tout. La faute à ces créations massives de postes de stagiaires et pas de titulaires.

Sauf que le nouveau raisonnement du Monde en a dérouté plus d’un. Au bas de l’article, plusieurs commentaires s’étonnent de la distinction entre des « postes pérennes de titulaire » et des « postes de stagiaire ». Et pour cause : un stagiaire dans la fonction publique n’a pas vraiment le profil du stagiaire sous-payé et éjectable comme dans le secteur privé… puisqu’il est payé comme un temps plein et est titularisé l’année suivante (à quelques rares exceptions près). En clair, les 28 000 stagiaires de la première moitié du quinquennat vont automatiquement devenir des enseignants titulaires.

Dit autrement par un lecteur du Monde.fr : « un « stagiaire » est quelqu’un qui a réussi son concours d’enseignement (CAPES ou agrégation) et qui débute à mi-temps dans le métier. Il devient quasi-automatiquement titulaire à la rentrée suivante. Cet article est donc totalement erroné ».

original.76028

Jointe par @si, Fabienne Bellin, secrétaire nationale du SNES « en charge des questions de politique scolaire » nous assure « avoir lu l’article avec une certaine perplexité ». « Il y a une confusion entre les emplois et le poste. Tous les emplois créés ne sont pas des emplois équivalent temps plein », explique Bellin. Traduction : sous Sarkozy, les « stagiaires » travaillaient à temps plein devant les élèves. Hollande ayant rétabli l’année de formation, un « stagiaire » ne travaille plus qu’à mi-temps devant les élèves : il fait 12h dans le premier degré (école maternelle et primaire) et 9h dans le second degré (collège-lycée). Le reste du temps, il suit une formation.

Autrement dit, il faut aujourd’hui deux fois plus de stagiaires version Hollande (9h devant élèves) pour effectuer le travail des stagiaires Sarkozy (qui étaient à temps plein). Voilà pourquoi l’essentiel des créations de postes de la première moitié du quinquennat ont été utilisées pour « financer » la nouvelle formation : il faut plus de monde pour assurer le même volume horaire. En échange de quoi, les professeurs stagiaires bénéficient d’une véritable formation. Et tout cela demande des crédits supplémentaires puisque cela coûte plus cher : car tous les stagiaires sont payés plein pot. On les paye pour assurer des heures de cours et pour se former. Mais tout ceci n’est pas un « subterfuge », ou un « artifice comptable » : le rétablissement d’une formation faisait partie de la promesse n°36. »…

Lire l’intégralité de l’enquête


Vallaud-Belkacem fait disparaître les non-remplacements de profs

27 octobre 2014

logo-liberation-311x113 « Sur les racines du problème, la ministre de l’Education nationale tape juste : la mise en accusation de ses prédécesseurs est fondée. Entre 2007 et 2012, la suppression de 80 000 postes d’enseignants a en effet ébranlé la gestion des absences de professeurs. Et comme l’affirme la ministre, cette mesure d’économies a frappé en premier lieu les Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (Rased) et les enseignants remplaçants, «les postes les moins visibles pour les parents», confirme Frédérique Rolet, porte-parole du Snes-FSU, le syndicat majoritaire des enseignants de collèges et lycées… »

Lire l’intégralité de l’article


Rentrée 2015 dans les Alpes-Maritimes : la carte de l’éducation prioritaire élargie

10 octobre 2014

nicematin A ces deux collèges expérimentaux devront s’ajouter quatre autres établissements REP+ et huit en REP, qu’il faudra définir. Toujours sur la base de l’« indice social » et après consultations menées par le rectorat de Nice. Pour, d’ici à la fin du mois de janvier, livrer la nouvelle carte de l’éducation prioritaire dans les Alpes-Maritimes et le Var, qui entrera en application à la rentrée 2015.

C’est là que les syndicats enseignants se disent vigilants. « Aucun établissement classé ZEP dans les Alpes-Maritimes et le Var n’a le profil pour quitter l’éducation prioritaire, assure Fabienne Langoureau, secrétaire générale adjointe du Snes-FSU. En faire sortir certains, juste pour le principe de modifier la carte, serait désastreux. Une manière de les « ghettoïser » un peu plus. »Et d’espérer que « s’ouvre rapidement la concertation », qui promet d’être âpre…

L’article en intégralité


Bretagne. Plus d’élèves, moins de moyens

7 octobre 2014

letelegrammeLes prévisions d’effectifs de rentrée, qui évaluaient à 2.200 le nombre d’élèves supplémentaires cette année, sont nettement dépassées, constate Gwénaël Le Paih, secrétaire général du syndicat SNES-FSU. « Nous avons au moins 300 élèves de plus en Ille-et-Vilaine, et autant répartis sur les trois autres départements de l’académie », estime-t-il. Alors, pour le SNES-FSU, l’annonce par le recteur de 145 postes supplémentaires (dont 45 équivalents temps-plein par conversion d’heures supplémentaires) n’est finalement pas si satisfaisante qu’il y paraît. Il reste encore du chemin pour retrouver le niveau de 2008 : « En huit ans, l’académie a gagné 12.000 élèves et perdu 30 postes »…

L’intégralité de l’article


%d blogueurs aiment cette page :