Les profs devront patienter avant d’être mieux payés

3 septembre 2012

03/09/2012
Bastien Hugues

François Hollande promettait d’embaucher plus de professeurs, Nicolas Sarkozy préférait revoir leurs rémunérations. Le premier a été élu, mais la proposition du second reste au cœur des préoccupations.

De quoi alimenter le mécontentement des enseignants français, en particulier dans le primaire, où ils touchent en moyenne 150 euros de moins par mois qu’au collège ou au lycée. « Le pouvoir d’achat a régressé de façon objective. Il faut renverser la vapeur », s’impatiente Daniel Robin du SNES-FSU, premier syndicat du secondaire.
Et le SNES-FSU de rappeler de son côté que le nombre de candidats aux concours de l’Education nationale a chuté de 70% entre 2004 et 2011.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Conférence de rentrée du SNES-FSU du 30 Août 2012 : Dossier de presse


Education : les réformes voulues par Sarkozy

5 janvier 2012

05/01/2021
Intertreize
Emmanuelle Daviet

Ce matin, le chef de l’État était au Futuroscope de Poitiers pour présenter ses vœux au monde de l’éducation. Il en a profité pour entrer encore un peu plus en campagne et proposer toute une série d’annonces.

Ecouter la réaction de Roland Hubert, co secrétaire général du SNES-FSU de 4’00 » à 5″10.
—–
Communiqué de presse du 05 janvier 2011 : « Vœux 2012 : attaque libérale du candidat Sarkozy sur l’Ecole« 


Luc Chatel porte à 2000 euros le salaire des jeunes profs

24 novembre 2011

24/11/2011
Marie-Estelle Pesh

Les 107.000 enseignants débutants vont commencer leur carrière avec un salaire dépassant les 2000 euros bruts à partir de février 2012, une «barre symbolique», selon le ministre de l’Éducation.

Daniel Robin, co-secrétaire général du SNES, le principal syndicat d’enseignants du secondaire reconnaît un «geste» gouvernemental mais le minimise. «Les 100 euros supplémentaires sont accordés pendant un an et demi aux débutants. Ils sont sans effet sur la suite de la carrière qui n’est absolument pas revalorisée. Ils progressent plus vite mais stagnent plus longtemps». Le syndicaliste affirme que les professeurs ne se «feront pas acheter» par cette mesure. Pour lui, la principale préoccupation du moment, c’est surtout celle d’une réforme de l’évaluation des enseignants : ces derniers pourraient être notés par leurs chefs d’établissements selon un projet de décret : «Nous sommes fermement opposés à une évaluation par les chefs d’établissements, incompétents pour juger de la qualité de nos cours», assène-t-il.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne : Enseigner, ça s’apprend


Le métier d’enseignant n’a plus la côte

7 octobre 2011

07/10/2011
Noëmie Schultz

Confirmant une tendance, le nombre de candidats présents au concours 2012 est faible.

Le parcours du combattant des professeurs débutants. La réforme dite « masterisation » s’est traduite par la fin de la formation pratique offerte par les IUFM. « La description de la situation dans laquelle on a mis les enseignants stagiaires cette année n’est pas la meilleur pub pour inciter quelqu’un à embrasser ce métier », alertait déjà en début d’année sur Europe1 Daniel Robin, secrétaire général du Syndicat national des enseignants du second degré. Des masters « en alternance » doivent être expérimentés lors de la rentrée 2012 dans le but est d’améliorer la formation des futurs enseignants.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne : Semaine d’expression des stagiaires. 3-7 octobre 2011


Profs: le SNES veut une revalorisation

16 septembre 2011

16/09/2011
AFP

Le SNES-FSU, premier syndicat du secondaire, a jugé « urgent de revaloriser » les salaires des enseignants, après la publication d’un rapport de l’OCDE selon lequel le salaire statutaire (hors primes et heures supplémentaires) des enseignants français est en recul depuis 1995. « La France est un des pays qui consacrent la plus faible part de leurs richesses à la rémunération des enseignants; les moyens de répondre à cette exigence de revalorisation existent ».

Pour le SNES, les primes, « de l’ordre de 6% des traitements, restent d’un niveau particulièrement bas comparé à ce qu’il est dans le reste de la Fonction publique d’Etat ». Et « le développement des heures supplémentaires et leur défiscalisation, outre qu’ils participent d’une politique contre l’emploi et contre l’impôt, ne sauraient être une réponse. Les heures supplémentaires, inégalement réparties, rémunèrent un travail supplémentaire, et dans la majorité des cas, moins que lorsqu’il est effectué dans le cadre du service ». « Ce n’est pas ainsi que l’on redonnera de l’attractivité aux métiers enseignants », a conclu le SNES, en soulignant que « l’exemple des établissements +Eclair+ est parlant: la plupart des postes sont restés vacants après le mouvement des titulaires et sont donc pourvus à l’année par des personnels remplaçants, titulaires ou contractuels ».

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Communiqué du 15 septembre 2011 : « Augmenter le salaire des enseignants, c’est urgent ! »


Le temps de travail des profs en question

14 septembre 2011

13/09/2011
Frédéric Frangeul et Noémie Schulz

Tous les partis politiques ont pris position sur ce qui sera l’un des thèmes de l’élection présidentielle.

Du côté des enseingnants, c’est l’agacement qui prédomine. Car, selon eux, avec la préparation des cours et la correction des copies, ils travaillent bien plus de 18h par semaine. « Les enquêtes qui sont faites par l’organisme du ministère lui-même montrent que les enseignants travaillent plus de 40 heures hebdomadaires », souligne Frédérique Rolet, co-secrétaire générale du SNES.

Ecouter l’intervention de Frédérique Rolet, co secrétaire générale du SNES-FSU

Lire l’article dans son intégralité.
—–


En France, les profs sont moins payés que les autres

13 septembre 2011

13/09/2011
Emilie Lévêque

Contrairement à une idée reçue, les enseignants ne roulent pas sur l’or en France. Ils gagnent moins que leurs homologues des pays riches. Et surtout, leur salaire recule depuis 1995, selon l’OCDE.

« Ces statistiques de l’OCDE ne font que refléter une triste réalité: les enseignants français sont moins bien payés que leurs homologues des pays développés et leur niveau de vie n’a cessé de se dégrader depuis dix ans, confie à L’Expansion.com Daniel Robin, secrétaire général du SNES-FSU, principal syndicat de l’Education nationale. C’est encore pire depuis deux ans: le gel du point d’indice dans la Fonction publique et la hausse de la CSG et des cotisations retraites [dans le cadre de la réforme des retraites de 2010, NDLR] se traduisent par une perte sèche de pouvoir d’achat pour les enseignants », ajoute-t-il.
[…]
Las, aucun des candidats ne répond aux voeux des syndicats: « une revalorisation du salaire des enseignants à un niveau au moins aussi élevé que la moyenne des pays riches », détaille Daniel Robin.

Lire l’article dans son intégralité.
—–


%d blogueurs aiment cette page :