Académie de Lille – Liévin : la suppression d’un poste de CPE au lycée Darras confirmée lors d’une réunion avec le rectorat

9 mai 2013

nordeclair09/05/2013

Après leur manifestation devant l’établissement scolaire le 1er mai, les personnels syndiqués du lycée liévinois Henri-Darras ont été reçus mardi après-midi au rectorat. Satisfaits d’avoir été écoutés, ils déplorent néanmoins la confirmation de la suppression d’un poste de conseiller principal d’éducation (CPE) à la rentrée prochaine, dans un contexte difficile en terme d’encadrement.

« Dans l’état actuel des moyens de l’État, on ne va pas récupérer le poste de CPE, mais le rectorat envisage d’envoyer une commission dans notre établissement afin d’analyser les conditions de sécurité », résume Hubert Sauvage, représentant du syndicat SNES-FSU et professeur de philosophie au sein de l’établissement. Pas de surprise donc, concernant le poste de conseiller principal d’éducation. « On ne s’attendait évidemment pas à revenir avec ce poste, mais on a avancé, on a été écoutés.
[…]
« On nous a expliqué que cela correspondait aux quotas fixés par le rectorat et qu’on aurait déjà dû perdre ce poste de CPE il y a plusieurs années, poursuit Hubert Sauvage. Comme pour les surveillants, les critères pris en compte pour ces quotas ne sont pas du tout adaptés aux conditions du lycée, à la structure… »

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le Site du SNES Lille


Académie de Lille – Liévin : Le personnel des deux lycées manifeste le 1er mai contre la suppression d’un CPE

2 mai 2013

voixdunord02/05/2013

Symboliquement, le 1er mai, les syndicats expriment leurs revendications. Rien d’étonnant donc dans le fait de voir fleurir les manifestations le jour de la Fête du travail. Mais à Liévin, hier, le rassemblement devant le lycée Henri-Darras avait quelque chose d’exceptionnel. Les enseignants choisissent rarement ce jour pour manifester devant un établissement. Manifestation motivée par la suppression annoncée d’un poste de CPE dans un « climat qui se dégrade de plus en plus ».

« Cette annonce a été un choc dans un contexte où le climat au sein de l’établissement se dégrade de plus en plus », confient Laure Devisse, enseignante en éducation physique et sportive au lycée professionnel et Hubert Sauvage, professeur de philosophie, représentant le SNES-FSU.
[…]
« Il n’y a que six CPE et dix surveillants pour les deux établissements scolaires réunis, rappelle le représentant syndical. Ils sont des partenaires précieux, des piliers de temporisation de certains incidents et un lien entre les enseignants et les familles d’élèves, dont certains ont un parcours scolaire chaotique et sont en décrochage. Il faut par ailleurs prendre en considération la configuration des deux lycées. Il y a cinq bâtiments et un gymnase, répartis sur plusieurs hectares, et de nombreuses entrées à surveiller. »

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le Site du SNES Lille


Peillon : deuxième trimestre en baisse, des réformes à revoir

1 avril 2013

lefigaro01/04/2013

Embourbé dans les rythmes scolaires, le ministre de l’Éducation nationale a présenté une loi sur la refondation de l’école dans l’indifférence générale.

Le 6 avril, la FSU, première fédération syndicale, n’appelle-t-elle pas à une manifestation pour «une vraie refondation du système éducatif»? «Il s’agit d’un rappel aux engagements. Nous avons été indulgents en septembre 2012, car il s’agissait de la rentrée de Chatel. En revanche, celle de 2013 sera imputable à Vincent Peillon», explique Frédérique Rolet, porte-parole du SNES-FSU. Dans ce mouvement, la fédération ne sera pas rejointe par d’autres syndicats. «La FSU, qui donnait jusqu’alors le la dans le paysage syndical, est isolée», souligne une mauvaise langue. Il n’empêche. Vincent Peillon est attendu au tournant par l’ensemble des syndicats.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Actualités syndicales : Manifestation nationale à Paris le 6 avril


Académie de Montpellier – Béziers – Lycée Henri-IV : les profs dénoncent des effectifs trop chargés pour la rentrée 2013

26 mars 2013

midilibre26/03/2013
Antonia Jimenez

Des représentants du Syndicat national des enseignants du second degré (SNES-FSU) du lycée Henri-IV, du personnel de l’établissement, des parents FCPE et des élèves se rendront ce vendredi au rectorat, à Montpellier.

Ils seront reçus par Philippe Delpart, chef du service de l’organisation scolaire. Objet de la rencontre : « Demander des moyens supplémentaires, un minimum de 90 h d’enseignement, soit deux classes de première, S et STMG, pour abaisser les effectifs dans les classes et pouvoir accueillir tous les élèves à la rentrée prochaine », explique Patrick Andrieu, l’un des enseignants. Qui dénonce, avec son collègue Christophe Benoit, du SNES également, « des effectifs, pour la rentrée prochaine, annoncés par le rectorat, non conformes à la réalité ». Et d’énoncer, à coups de chiffres, la dure réalité qui attend le corps enseignant et les élèves.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le Site du SNES Montpellier


Académie d’Orléans-Tours – Loir-et-Cher – Collèges : des moyens jugés  » insuffisants  »

16 mars 2013

nouvellerepublique216/03/2013

L’ensemble des syndicats d’enseignants a refusé, par un vote unanime, le projet de “ dotation horaire globale ” pour les collèges.

« L’enseignement d’options est remis en cause, grec, latin et même niveaux en langues vivantes. Et l’attribution des heures pour le soutien des élèves de 6e en difficulté, pourtant obligatoire, est en fait dédiée au travail en groupes des matières scientifiques. C’est inacceptable », explique Julien Redon au nom du SNES-FSU.
Autre motif d’inquiétude pour les syndicats : le nombre de postes non attribués (avec l’intervention sur ces cours de remplaçants, contractuels et stagiaires) et la dégradation des « compléments de service » qui va entraîner l’intervention de dix-neuf enseignants sur plusieurs collèges, quelques heures par semaine.
« Ce qui rend la gestion du planning des cours difficile, ne permet pas aux enseignants de s’investir dans l’établissement et leur occasionne des trajets supplémentaires. Nous remarquons que ce sont les collèges en zone rurale qui sont le plus touchés par ces attributions dispersées ou les postes qui seront occupés par des remplaçants. »

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le Site du SNES Orléans-Tours


Académie de Toulouse – Le collège d’Ax-les-Thermes se rebiffe

20 février 2013

ladepeche18/02/2013
Pauline Amiel

Demain et jusqu’à jeudi, c’est opération collège désert à Ax-les-Thermes. Les professeurs, les personnels mais aussi les parents d’élèves de Mario-Beulaygue protestent contre la dotation horaire, insuffisante selon eux. Le bras de fer commence.

«Encore une fois, le collège d’Ax voit sa dotation horaire en baisse.» C’est presque avec lassitude que Loïc Ginières, délégué SNES-FSU et porte-parole du collège Mario-Beulaygue, explique la situation. Parce que ce qui amène les enseignants à déposer un préavis de grève de 3 jours, dès demain et jusqu’à jeudi, c’est une nouvelle réduction de leurs heures.

Depuis plusieurs années, ce collège de 200 élèves voit son nombre d’heures diminuer. Tant et si bien qu’aujourd’hui, 50% des professeurs doivent compléter leur emploi du temps dans d’autres établissements. «Nous effectuons des compléments de service partout dans le département. Un collègue va même jusqu’au Mas-d’Azil pour avoir un emploi du temps complet», précise le syndicaliste.

[…]

«Seulement, le manque de moyens nous a forcés à fermer les IDD, itinéraires de découverte pour les quatrièmes. Pour d’autres options, c’est le même problème : nous sommes forcés de grouper les niveaux pour le latin», constate Loïc Ginières. L’égalité entre les élèves du collège d’Ax et des autres collèges n’est pas respectée puisqu’ils ne peuvent pas prendre d’options faute de dotation horaire. Et le porte-parole de conclure : «En espérant que ces trois jours de grêve soient utiles parce qu’au final, c’est toujours l’élève qui est pénalisé.»

Lire l’article dans son intégralité.
—–
Le Site du SNES Toulouse


Académie de Rennes – L’effort sera porté sur les collèges à la rentrée 2013

23 janvier 2013

20minutes23/01/2013
Jérôme Gicquel

L’académie va disposer de 130 postes supplémentaires.

Des efforts salués par le syndicat national des enseignants du second degré (SNES), qui estime toutefois que le compte n’y est pas. « Il y a un coup d’arrêt à la dégradation, mais cette embellie n’est pas très importante », indique Soazig Lebreton, déléguée du syndicat en Ille-et-Vilaine.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le Site du SNES Rennes


%d blogueurs aiment cette page :