A l’ombre de Jules Ferry, le crédo éducatif de François Hollande

15 mai 2012

15/05/2012
Marie-Caroline Missir

Investi mardi 15 mai, le président de la République a commencé son mandat par un discours sur l’école, devant la statue de Jules Ferry dans le jardin des Tuileries, à Paris.

Avant de repartir sous une violente averse, François Hollande prend le temps de saluer les représentants des organisations syndicales. Bernadette Groison, la secrétaire générale de la FSU, en profite pour lui glisser un mot: « Je lui ai dit que faire un discours sur l’école le jour de son investiture était un signal fort », confie-t-elle. « On attend maintenant la loi de programmation et d’orientation ». « Après cinq ans de sarkozysme, les attentes sont fortes », renchérit Frédérique Rolet, la responsable du SNES. En attendant les actes, les responsables syndicaux, unanimes, saluent ce premier signe présidentiel.

Lire l’article dans son intégralité.
—-

Le SNES en campagne : « Un plan d’urgence pour la rentrée 2012« 

Publicités

Evaluation des profs : réforme adoptée et aussitôt abrogée

10 mai 2012

10/05/2012
Aurélie Collas

Aussitôt publié, aussitôt recalé. L’existence du très controversé décret réformant l’évaluation des enseignants sera de courte durée…

« Il n’a pas les compétences professionnelles, estime Daniel Robin, secrétaire général du SNES-FSU, principal syndicats des enseignants de collège et lycée. En effet, comment un chef d’établissement, ancien enseignant de philosophie ou d’éducation musicale, peut-il évaluer le travail d’un prof de mathématiques ? »
[…]
« C’est à la fois hallucinant et pathétique, poursuit M. Robin. Luc Chatel aurait pu quitter la rue de Grenelle sur un autre ton que l’agressivité et la provocation. »

Lire l’article dans son intégralité dans le Monde daté du 11 mai 2012.
—-

Communiqué de presse intersyndical du 9 mai 2012 : « Ultime provocation« 


Le quinquennat Sarkozy a divisé profs et chefs d’établissement

10 mai 2012

10/05/2012
Mattéa Bataglia

Les nouvelles missions confiées aux personnels de direction ont créé des tensions avec les équipes éducatives.

« Ces tensions découlent principalement des nouvelles prérogatives que le ministère de l’éducation nationale a voulu instiller par la loi et le discours« , soutient Benjamin Marol, professeur d’histoire – syndiqué au SNES-FSU – au collège Lenain-de-Tillemont, à Montreuil (Seine-Saint-Denis), étabilssement qui a connu cette année pas moins de trois mobilisations massives, avec plus de 80 % de grévistes. « C’est particulièrement prégant dans les établissements Eclair comme le nôtre, où nous avons fait les frais de ce que la droite voulait généraliser : le recrutement des enseignants par les chefs d’établissement. »

Lire l’article dans son intégralité dans le Monde daté du 10 mai 2012.
—-

Communiqué de presse intersyndical du 9 mai 2012 : « Ultime provocation« 


Evaluation des enseignants : une autre réforme déjà en vue

10 mai 2012

10/05/2012
Isabelle Ficek

Le gouvernement sortant a fait publier le décret réformant l’évaluation des enseignants, rejeté par les syndicats. Le futur exécutif annonce qu’il reviendra sur ce « passage en force ».

Fustigeant, dans « la gestion de ce dossier important », « un modèle de mépris du dialogue social », Vincent Peillon, probable futur ministre de l’Education, a assuré que ce décret serait abrogé dès la prise de fonction de François Hollande. « Nous sommes satisfaits là-dessus», s’est félicité hier Frédérique Rolet, cosecrétaire général du SNES-FSU, avant d’ajouter que « le système actuel n’est pas satisfaisant non plus. » Un constat partagé par tous dans le monde éducatif. Mais avec des pistes d’évolution différentes selon les acteurs. « Nous souhaitons que des discussions s’ouvrent sur le sujet, même si ce n’est pas le chantier le plus prioritaire », poursuit Frédérique Rolet, pour laquelle l’évaluation doit reposer « d’abord sur la mission centrale de transmission des savoirs, avant les missions périphériques », et ne pas être liée à l’avancement.

Lire l’article dans son intégralité.
—-

Communiqué de presse du 7 mai 2012 :  » Election présidentielle : concrétiser l’espoir pour le second degré et l’ensemble du système éducatif


60 000 postes, quand et comment ?

9 mai 2012

09/05/2012
Anne Poncinet

Un reportage du JT qui s’intéresse à la proposition du candidat désormais président François Hollande d’injecter 60 000 postes dans l’Education nationale au cours des 5 prochaines années.

Voir la réaction de Frédérique Rolet, co secrétaire générale du SNES-FSU (de 18’30 » à 18’45 »)
Cliquer sur JT du 09/05
—-

Communiqué de presse du 7 mai 2012 :  » Election présidentielle : concrétiser l’espoir pour le second degré et l’ensemble du système éducatif


Décret sur l’évaluation des profs : ultime provocation du gouvernement sortant ?

9 mai 2012

09/05/2012
Noëmie Schultz

Les syndicats d’enseignants ont vivement réagi mercredi à la publication au JO du décret modifiant leur système d’évaluation qu’ils avaient massivement combattu, dénonçant une “ultime provocation”.

« Ca n’est pas très élégant de publier, après une défaite électorale, de publier de textes qui ont été contesté de façon unanime . C’est vraiment un mépris du dialogue social. »

Ecouter la réaction de Frédérique Rolet, co secrétaire générale du SNES-FSU (à partir de 6″30′)
—-

Communiqué de presse du 7 mai 2012 :  » Election présidentielle : concrétiser l’espoir pour le second degré et l’ensemble du système éducatif« 


Évaluation des profs : dernière « provocation » de l’ère Sarkozy

9 mai 2012

09/05/2012
Marie Telling

On aurait pu croire que le changement de pouvoir ne laisserait pas beaucoup de temps aux membres de l’ancienne équipe pour poursuivre leur travail sur certains dossiers. C’était mal les connaître : dès le lendemain de l’élection de François Hollande, François Fillon et Luc Chatel signent le très contesté décret sur l’évaluation des enseignants.

Pourquoi signer un texte qu’on sait déjà condamné ?

Pour Frédérique Rolet, la porte-parole du SNES (le Syndicat national des enseignements de second degré), contactée par Rue89 :

« C’est vraiment de la provocation de la part du gouvernement. Ils veulent montrer qu’ils tiennent leur cap jusqu’au bout contre les syndicats.
Maintenant, l’abrogation va faire perdre du temps à tout le monde. C’était vraiment un geste inutile et plus que contestable démocratiquement. »

Lire l’article dans son intégralité.
—-

Communiqué de presse du 7 mai 2012 :  » Election présidentielle : concrétiser l’espoir pour le second degré et l’ensemble du système éducatif« 


%d blogueurs aiment cette page :