Contre la réforme du collège : les enseignants en grève le 17 septembre 2015

18 septembre 2015

Un enseignant sur trois en collège en grève contre la réforme du collège le 17 septembre 2015 à l’appel de l’intersyndicale.

Un tel résultat, supérieur au taux de grévistes du 11 juin, dans un contexte difficile alliant proximité avec la rentrée et campagne ministérielle qui pratique la méthode Coué montre que le refus de la réforme est profondément enraciné dans une profession attachée à la réussite des élèves qui lui sont confiés.

Les enseignants répondent à la ministre :

Le SNES-FSU exhorte la Ministre à entendre le message qui lui est ainsi délivré. Il serait illusoire et dangereux de croire qu’un plan de formation imposé et conçu comme un formatage pour répondre aux injonctions de l’administration suffira à convaincre.

La nécessaire réforme du collège ne peut consister, pour être efficace, en un ensemble de mesures et dispositifs rejeté par ceux qui seront chargés de le mettre en œuvre.

En cas de refus de la Ministre de rouvrir les discussions sur l’avenir du collège, le SNES-FSU proposera à l’intersyndicale la date du 10 octobre pour la manifestation nationale à Paris.

Reportage France TV à Nice : http://www.francetvinfo.fr/societe/education/reforme-du-college-les-enseignants-dans-la-rue_1088885.html

Revue de presse Pearltrees : http://www.pearltrees.com/snesfsu/revue-presse-greve-septembre/id14745591

Publicités

Réforme du collège : 200 manifestants du sud Seine-et-Marne dans la rue à Melun

29 juin 2015

actualite24

« Disciplines malmenées, métiers dénaturés, inégalités renforcées. Non au clonage ! Contre l’indigence des moyens, pour un collège de l’exigence ! » Ce lundi soir à 18 h 30, les slogans pleuvaient contre la réforme des collèges dans la manifestation organisée devant la gare de Melun par le collectif de collèges du sud seine-et-marnais.

Sur place, malgré une pluie battante, plus de deux cents personnes sont réunies dont beaucoup de parents d’élèves, mais aussi des enseignants. « Treize établissements du sud du département sont représentés, preuve que cela touche tout le monde », assure Sébastien Bourdellot, secrétaire départemental du SNES-FSU.

XOP4A3XJg_xaJllAqr-ZvDl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

On trouve des parents d’élèves ou des enseignants des collèges Fernand-Gregh de Champagne, Couperin et International de Fontainebleau, La Vallée d’Avon ou Barthélémy de Nangis, La Fontaine du Mée-sur-Seine, mais aussi des lycées François 1er de Fontainebleau, Uruguay-France d’Avon, Joliot-Curie de Dammarie. Tous disent non à la fin des sections européennes ou bilangues, du latin et du grec, des découvertes professionnelles qui aidaient les élèves à s’orienter… « On est solidaire car on va vivre les effets de cette réforme quatre ans après », soupirent Philippe et Daniel, profs à François 1er. Un raz de marée de parapluies s’est déplacé en cortège jusqu’à l’Inspection d’académie où une délégation de parents et d’enseignants devait être reçue

lien direct : http://lactualite24.com/post/214692


La ministre dit lutter contre le décrochage scolaire… mais supprime les centres d’orientation

18 mars 2015

logo-liberation-311x113

« Ils accueillent des jeunes encore à l’école, qui hésitent sur leur orientation. D’autres qui ont décroché et qui ne savent plus comment raccrocher les wagons. Des jeunes étrangers aussi, débarqués en France seuls ou avec leur famille, avec l’espoir d’aller à l’école… Les centres d’information et d’orientation (CIO) sont mis à mal par les coupes budgétaires. Sur les 510 existants en France, 28 ont déjà fermé ces quatre dernières années, et la saignée ne fait que commencer, alerte Marilou Struillou, directrice du centre d’information et d’orientation du XXe arrondissement à Paris et élue du personnel au Snes-FSU. A Paris, huit des quatorze CIO sont menacés de fermeture à la rentrée prochaine. Leur destin se joue au conseil de Paris, qui se tient ces lundi et mardi…. »

Lire l’interview en intégralité

TW_CIO20mars2


Une minute de silence et d’intox

23 janvier 2015

lhumanite

« …Huit d’entre eux avaient quitté la classe de Nicolas, prof syndiqué au Snes-FSU.

«-Vous voulez en parler ?» avait d’abord lancé l’enseignant, comme à ses trois autres classes de la matinée. «Une très grande majorité de leurs prises de parole visait à dire : “Ce ne sont pas des musulmans qui ont fait ça. L’islam interdit de tuer”», raconte l’enseignant. Beaucoup d’autres, aussi, ont fait part de leurs peurs de représailles vis-à-vis des musulmans «qui vont être dans le viseur». Un seul élève de sa classe a souligné que Charlie Hebdo «l’avait bien mérité». Les caricatures, «c’est abusé», «dégueulasse», ont dit certains. Parfois, «avec un ton provocateur», parfois plus posément. Les dessinateurs « ont été peu respectueux», dira un autre, tout en reconnaissant que « c’était grave de les avoir tués ».

Ils furent sans nul doute surpris de la réponse du professeur. «Moi-même, je ne cautionne pas du tout la ligne éditoriale de Charlie Hebdo ces dernières années, versant dans un discours semblable aux tenants du choc de la civilisation», leur a expliqué Nicolas. Mais la minute de silence est pour les morts, pas pour les caricatures. » Cet enseignant a même laissé à chacun de ses élèves le choix de participer, au nom de leur liberté de conscience. Huit sont sortis, après le débat en classe, en conscience…. »

Lire l’article en intégralité


Nouvelle manifestation contre la réforme des ZEP

15 décembre 2014

logo-liberation-311x113

Plusieurs centaines d’enseignants d’Ile-de-France ont manifesté mardi, à Paris, pour protester contre le projet de réforme de l’éducation prioritaire, a-t-on appris de sources concordantes. Entre 1 200 selon la police et 2 500 personnes selon le syndicat d’enseignants Snes-FSU de Créteil ont défilé dans les rues de la capitale pour «demander des comptes» à la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem sur la nouvelle carte de l’éducation prioritaire.

Les enseignants du primaire et du secondaire sont venus «des huit départements de l’Ile-de-France, notamment de l’académie de Créteil et de Versailles», selon le Snes-FSU dans un communiqué. Ils s’opposent à la sortie de «nombreux établissements» des zones d’éducation prioritaire (ZEP) et «dénoncent l’arbitraire des décisions prises et l’influence des élus politiques plus importante que les critères sociaux mis en avant par le ministère», ajoute-t-il.

2014-12-09_7

Des parents et enseignants de plusieurs villes de France (Paris, Marseille, Orléans et de Seine-Saint-Denis…) sont mobilisés depuis plusieurs semaines contre la sortie de collèges et écoles des ZEP. La nouvelle carte de l’éducation prioritaire devrait être connue à la mi-décembre. En jeu, la répartition des réseaux d’éducation prioritaire attribués par le ministère dans le cadre de la refonte des ZEP. La réforme, qui s’appliquera sur tout le territoire à la rentrée 2015, implique que certains établissements entreront en ZEP et d’autres en sortiront, choix effectué par chaque académie suivant un indicateur social.

Lire l’article en intégralité


#EducationPrioritaire + de 500 enseignants, parents et élus manifestent à Melun

15 décembre 2014

leparisien

Lire l’article en intégralité


La réforme des ZEP met les profs en émoi

23 novembre 2014

metro« Inadmissible, pour Thierry Ananou, secrétaire académique à Paris du SNES-FSU, syndicat des professeurs du secondaire : « A Paris, les inégalités se creusent de plus en plus. 170.000 ménages vivent sous le seuil de pauvreté, et le nombre de collèges où l’on rencontre de la difficulté scolaire a augmenté », nous explique-t-il. »…

Lire l’intégralité de l’article


%d blogueurs aiment cette page :