[VIDEO] Le sort toujours aléatoire de Jean-François Chazerans

30 mars 2015

nouvellerepublique2

Muté d’office dans les Deux-Sèvres et rattaché au lycée Jean-Moulin de Thouars, le prof de philo poitevin va faire un recours auprès de la ministre.

Cela ressemble à une blague de potache : allez à Thouars, c’est aléatoire. Jean-François Chazerans, muté d’office sur décision du recteur dans le lycée thouarsais Jean-Moulin, n’avait pourtant pas envie de rire, hier. « C’était très compliqué à l’annonce de la sanction », explique le prof de philo du lycée Victor-Hugo de Poitiers, blanchi par la justice de la suspicion d’apologie d’actes de terrorisme. « C’est lourd quand même. C’est de l’acharnement. Au bout d’un moment il faut que cela s’arrête. »

L’ancien rugbyman contre attaque : « Je vais faire un recours hiérarchique auprès de la ministre et un recours contentieux devant le tribunal administratif. Et je n’exclus pas d’engager des poursuites pénales… »

«  Comme des chiens  »

Les collègues sont là. En soutien. Magali Espinasse, du SNES-FSU, explique la situation de son collègue et en tire des conclusions alarmantes : « Pour l’instant, Jean-François est simplement rattaché au lycée de Thouars. Il va prendre contact avec le chef d’établissement de ce lycée, lundi, pour savoir si celui-ci lui fait un emploi du temps ou pas. Sinon, il doit être affecté en suppléance par le rectorat. Aujourd’hui, cette sanction est scandaleuse et disproportionnée. Jean-François est accusé par une élève et sa mère. Il fait l’objet d’une dénonciation calomnieuse, l’enquête de police l’a montré. Le recteur a l’obligation de protéger le fonctionnaire. Il a fait l’inverse. Il s’est acharné dans sa position de départ. Je le dis avec émotion : à partir de maintenant on est tous menacés dans cette académie. On va tous se demander si on va encore parler à nos élèves. »
Et la syndicaliste de revenir à ce fameux débat organisé dans le cours de philo d’une classe de terminale le 8 janvier dernier : « Ce cours s’est passé à un moment bien particulier. On a tous été en tant qu’enseignant en difficulté ce jour-là. On était dans un climat émotionnel très fort. Le travail du professeur est de passer à l’analyse pour franchir ce cap de l’émotion. »….

Lire l’article en intégralité


Pourquoi les enseignants sont-ils appelés à faire grève mardi 3 février ?

10 février 2015

Le 3 février, Appel à la grève des enseignants par le syndicat FSU
Magali Espinasse, co-secrétaire Snes-FSU de la Vienne, revient sur les raisons de la grève sur le plateau de France 3 Poitou-Charentes.


Radicalisation religieuse : une circulaire du rectorat de Poitiers pose problème

9 décembre 2014

leparisien « …La secrétaire académique du syndicat Snes-FSU, Magali Espinasse, a dénoncé, sur France Bleu Poitou, une «caricature grossière» et des «simplifications outrancières». «On signale des traits physiques qui pourraient permettre de reconnaître des personnes dangereuses, des attitudes, ou même des propos (…). C’est du racisme pur et dur», a déploré la responsable syndicale. Pour le secrétaire départemental du syndicat Unsa, Jean-François Roland, «les termes employés sont maladroits». «Ce n’est pas vraiment le vocabulaire qu’emploie habituellement l’Education nationale. Je pense qu’il a manqué une relecture avant diffusion», a-t-il déclaré sur cette même radio…. »

Lire l’article en intégralité


Formation : les stagiaires enseignants ont le blues

23 novembre 2014

nouvellerepublique2 « La formation des maîtres n’en finit pas de réformer et la réalité est toujours aussi chaotique ». C’est le constat que dresse le Syndicat national des enseignements de second degré (Snes) et le Snesup-FSU qui organisaient hier un stage syndical dans les locaux de la FSU à Poitiers, coïncidant avec la journée d’action et d’information sur la formation des maîtres. De nombreux stagiaires enseignants de l’académie ont participé à la rencontre au moment où ils vont devoir faire leur demande de première affectation, « ce qui est particulièrement compliqué », explique Magali Espinasse, co-secrétaire académique du Snes-FSU.
Trois mois après leur rentrée à l’école supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE) et dans leur classe, ils ont pu exprimer leur ressenti sur la formation…. »

Lire l’intégralité de l’article


La « possible » carte scolaire fâche déjà

17 octobre 2014

nouvellerepublique2 « …Fuite vers le privé

Du côté du conseil général, le vice-président Henri Colin estime que les discussions sont toujours ouvertes. « Toutes les modifications se feront en accord avec la commission scolaire et le CDEN avant que le conseil général ne se prononce. » Magali Espinasse, secrétaire académique du syndicat Snes-FSU craint « que la nouvelle sectorisation ait comme conséquence un recrutement qui soit source de ghettoïsation ». Elle estime qu’il serait temps de s’occuper de Chauvigny, La Roche-Posay et Montmorillon. Selon la porte-parole de la FCPE, trois collèges ont des difficultés avec la mixité sociale (F.-Bloch-Sérazin et Jean-Moulin à Poitiers et Jules-Verne à Buxerolles) parce que sur les secteurs concernés « il y a des familles vraiment défavorisées et d’autres favorisées mais pas de familles moyennes ». C’est par voie de communiqué que le groupe des élus de gauche du conseil général exprime son point de vue : « Clairement, le positionnement au cas par cas n’est pas envisageable. Il faut un plan d’ensemble mais qui réponde à une vraie logique de territoire, d’égalité et de mixité. » En l’état, parents et représentants syndicaux estiment que la fuite vers le privé ou les demandes de dérogations vont se poursuivre. Les débats en font que commencer. »

L’article en intégralité


Statu quo dans les collèges

17 septembre 2014

nouvellerepublique2…Le nombre d’élèves par classe est de 24,6 en moyenne, contre 24,3 l’an passé. « Nous sommes en-deça de la moyenne nationale et l’on ne dépasse nulle part le seuil de 29 élèves par classe que nous nous sommes fixés », explique l’inspection. Du côté des syndicats, la lecture des chiffres n’est pas la même. « Il y a stabilité depuis trois ans de certains niveaux et certaines classes surchargées ! En 2011, onze niveaux sur 96 étaient à plus de 27 élèves par classe, alors que ces trois dernières années, ils sont 16 à atteindre les 27 élèves », explique Julien Redon, du Snes FSU…

L’article en intégralité


Grogne au lycée Louis-Armand

18 septembre 2013

nouvellerepublique2

 

Les représentants SNES-FSU du lycée L.-Armand à Poitiers ont été reçus, hier soir, par le recteur Jacques Moret. Selon Pascal Canaud (SNES), les effectifs des huit secondes S ainsi que les trois terminales S atteignent 37 élèves par classe

 

Pour lire l’article dans son intégralité: http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Education/n/Contenus/Articles/2013/09/06/Grogne-au-lycee-Louis-Armand-1602299

logo_signature2


Jour de carence des fonctionnaires: un diagnostic difficile

26 mars 2013

charentelibre26/03/2013
Jean-François Barré

La mesure n’aura pas duré suffisamment longtemps pour que les administrations aient le recul nécessaire à une analyse fine. Des voix discordantes s’élèvent. Dans l’administration, le débat s’est aussi déplacé sur ce que seraient les «vraies» causes de l’absentéisme.

« Apporter une réponse à la question de l’effet de la suppression d’une journée de carence sur l’absentéisme dans l’Éducation nationale, c’est empirique. J’ai entendu dire, rapporte Alain Héraud, le secrétaire du SNES-FSU, qu’il y avait eu moins d’arrêts d’un jour. Mais y en a-t-il eu davantage de plus longue durée? » Reste, c’est ce que demandaient les profs en grève le 31 janvier dernier, à faire sauter « une mesure injuste, compte tenu du gel de nos salaires pour la troisième année consécutive ». « Si des resquilleurs se font prendre, ce sera juste. S’il y a des tire-au-flanc, il y a des moyens de les trouver, mais prendre à des malades qui ont déjà perdu sur leur pouvoir d’achat… En fait, avec cette suppression, on ne donne pas de plus, on enlève un moins. »

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le Site du SNES Montpellier


Rédaction « suicidaire » : le prof va être réintégré

15 décembre 2012

nouvelobs15/12/2012
(AFP)

L’enquête menée par le rectorat conclut à la « maladresse ». L’enseignant va redonner des cours dès la semaine prochaine.

Jeudi, l’enseignant avait été auditionné par direction académique, un entretien au cours duquel il a pu, selon le syndicat SNES-FSU, « exposer sa démarche pédagogique ».

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le Site du SNES Poitiers


La rédaction sur le suicide divise

11 décembre 2012

europe110/12/2012
Marc-Antoine Bindler et Stéphane Place

Alors que l’enseignant a été suspendu lundi, certains parents réclament désormais son retour.

Pour Alain Héraud, secrétaire départemental du SNES en Charente, qui a accompagné l’enseignant lors de son audition par le directeur académique, la volonté du jeune prof n’était pas de faire travailler ses élèves sur la question du suicide. « Ce qu’il a voulu faire, c’est les faire travailler sur un autoportrait fictif, à la fin d’une autobiographie. Les élèves ont posé des questions sur l’autoportrait, et l’exemple qu’il a donné, c’est l’exemple de quelqu’un qui est en fin de vie et qui peut réaliser son autoportrait. Et de la fin de vie, le sujet du suicide a été abordé », a expliqué Alain Héraud au micro d’Europe 1.

« Donc ça c’est fait dans le cheminement de son cours. Quand il a vu le retour du travail des élèves, ça ne correspondait pas à ce que lui avait voulu faire faire au départ », assure le secrétaire départemental du SNES. Ce dernier assure que son collègue « a été assommé de se retrouver suspendu ». Et de poursuivre : « jeune enseignant dans sa troisième année d’exercice, à 28 ans, ça l’a un peu décontenancé. »

Lire l’article dans son intégralité.
—–


Académie de Poitiers – Recherche remplaçants pour l’école

30 mars 2011

30/03/2011
Bruno Béziat

Même si l’absentéisme des enseignants est plutôt bas dans la région, de nombreuses situations difficiles sont déjà dénoncées par les syndicats.

La course aux remplaçants est ainsi devenue un sport très répandu dans les rectorats, mais son résultat reste toujours un peu aléatoire, comme on le constate avec ces exemples. « On pourrait les multiplier. Depuis septembre, il n’y a presque plus de titulaires remplaçants disponibles. Ils ont été nommés à l’année. Et le rectorat fait appel à des contractuels », dénonce Magali Espinasse, co secrétaire du SNES Poitou-Charentes.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le Site du SNES Poitiers


Académie de Poitiers – « Le compte de profs n’y est pas »

24 mars 2011

24/03/2011
Eric Chauveau

Dans l’académie de Poitiers, et donc a fortiori pour la Charente-Maritime qui représente environ 34 % des effectifs enseignants, Magali Espinasse, secrétaire générale académique du Syndicat national des enseignements du second degré (SNES-FSU), considère que « le compte n’y est pas » en matière de postes d’enseignants dans les lycées d’enseignement général et technologique, les lycées professionnels et les établissements régionaux d’enseignement adapté (EREA).

« Du brouillage »

« Il nous a fallu batailler pour obtenir des données que nous n’avons pas eues en particulier pour les collèges, constate la syndicaliste du SNES. Il nous apparaît qu’il y a un brouillage afin de cacher autre chose. »

Magali Espinasse considère que les manifestations, dont celle de samedi dernier à Poitiers et Paris, contre la mise à mal du service public de l’éducation nationale avaient donc toutes leurs raisons d’être. Elle conçoit cependant que les parents d’élèves n’ont pas encore été suffisamment mobilisés.

Le SNES détaille actuellement les prévisions et suppressions de postes pour chaque lycée et collège, « la situation ne va donc pas s’arranger puisque les effectifs d’élèves augmentent, à raison de 2000 dans l’académie dont la moitié environ pour les lycées », poursuit Magali Espinasse. Pour elle, l’aberration est complète dès lors que la rectrice indique « que le budget académique n’a pas bougé ».

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne – Budget/Rentrée 2011 – « 4800 emplois en moins, 48500 élèves en plus, cherchez l’erreur ! » (Article du 16 janvier 2011)

Le Site du SNES Poitiers


Académie de Poitiers – Des enseignants refusent

14 septembre 2010

14/09/2010
Stéphane Durant

Comme ailleurs, des enseignants de Charente-Maritime ne veulent pas devenir tuteurs de professeurs stagiaires. Exemple à Saintes au collège Edgar-Quinet.

Le SNES (Syndicat national des enseignants du second degré) affirme qu’« environ 55 % des professeurs stagiaires n’ont pas de tuteurs. » Ce qui représenterait un peu plus d’une cinquantaine. Une bataille de chiffres est en tout cas engagée. Michelle Vinel, l’inspectrice chargée du dossier au rectorat, parle quant à elle de « 30 % de stagiaires sans tuteurs. » Et la rectrice de l’académie de Poitiers, Béatrice Cormier, aurait avancé le chiffre de 10 % au SNES. (…)
« Les nouvelles dispositions répondent uniquement à la volonté de faire des économies. Et ça, les professeurs l’ont bien compris », insiste Jacky Ferrand, co-secrétaire départemental du SNES.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne – Conditions de stage : le grand bazar

Le Site du SNES Poitiers


Académie de Poitiers – Enseignants mal remplacés et lycéens désabusés

21 avril 2010

21/04/10
Sylvaine Hausseguy

A quelques semaines des examens, l’inquiétude grandit chez les parents d’élèves. En cause, la valse des remplaçants dans certains établissements.

Enseignant l’allemand depuis 1973 (et depuis 1980 au lycée Camille-Guérin), Jacques Gouin du syndicat SNES-FSU dénonce l’insuffisance des moyens Selon lui, l’État n’assure plus sa mission de service public. « A la rentrée dernière, 400 supports de remplacement ont été supprimés sur les quatre départements dont des postes de titulaires sur zone de remplacement. S’il y a des années, on avait du mal à trouver des remplaçants en allemand par exemple, en arts plastiques ou en musique, ça s’étend maintenant à toutes les disciplines, en français, en mathématiques, en histoire et géographie. »

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne – communiqué de presse du 9 mars 2010 : « remplacement : le pompier pyromane »

Le SNES en campagne – Rentrée 2010

Le Site du SNES Poitiers


Académie de Poitiers – (La Rochelle) – Situation kafkaïenne au lycée Valin

16 décembre 2009

16/12/09
E.C.

Mobilisation au lycée René Josué Valin de la Rochelle en soutien à une auxiliaire de vie scolaire.

Une prise de tête kafkaïenne qui s’aggrave « puisque le foyer socio-éducatif ne pourrait pas assurer le salaire de Mélissa en décembre », intervient Olivier Godin, professeur d’histoire-géo du lycée et élu enseignant du SNES-FSU. À l’instar d’autres enseignants – « mais aussi de représentants de parent d’élèves », ajoute-t-il -, il participe à un mouvement de solidarité vis-à-vis de la jeune femme « qui est, qui plus est, en situation de précarité. Une situation de précarité que nous n’avions d’ailleurs pas acceptée lors du conseil d’administration de l’établissement. »

Cet article n’est plus en ligne.
—–

Le Site du SNES Poitiers


%d blogueurs aiment cette page :