Doublement de la prime des recteurs : « indécent » pour les syndicats d’enseignants

4 janvier 2015

RTL

« …Et ça met en colère Karine Boulonne, professeur d’histoire, et secrétaire académique du SNES-FSU de Lille. « Pour nous c’est indécent ! Partout on entend qu’on doit se serrer la ceinture, qu’il va falloir faire des efforts et là on constate une augmentation très importante, dénonce-t-elle. Dans le même temps mon salaire diminue tous les ans. On est vraiment dans un système à deux vitesses où ceux qui ont déjà beaucoup ont encore plus et les autres vont attendre et n’auront rien », déplore-t-elle…. »

Lire l’intégralité de l’article et écouter l’interview : http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/doublement-de-la-prime-des-recteurs-indecent-pour-les-syndicats-d-enseignants-7776070900

Publicités

La prime des recteurs d’académie fait grincer des dents

4 janvier 2015

lesechos

Sur le réseau social Twitter, enseignants et syndicats se déchaînent contre ce qu’ils estiment être un bonus « indécent » pour les recteurs d’académie. Un arrêté ministériel du 23 décembre vient de porter l’« indemnité de responsabilité » annuelle de ces derniers à 25.620 euros. Soit une hausse de 10.000 euros par rapport au niveau précédent, fixé en 2010. « Crise de recrutement chez les recteurs (humour), l’Etat (augmente) leur prime annuelle », ironise le principal syndicat d’enseignants du second degré, le SNES-FSU. « La part fixe de la prime est désormais de 25.620 euros pour tout recteur, contre 15.200 euros jusqu’ici, mais la part variable qui s’ajoute est maintenue, pouvant aller jusqu’à 45 % de cette somme, soit 37.140 euros maximum », tonne le SNES-FSU de Lille sur son site Internet. Le syndicat relève que cette prime « correspond au salaire annuel d’un certifié/conseiller principal d’éducation/professeur des écoles au dernier échelon de la hors classe ».

Lire l’article en intégralité : http://www.lesechos.fr/journal20150102/lec1_france/0204048679082-la-prime-des-recteurs-dacademie-fait-grincer-des-dents-1079569.php#


Réseau d’éducation prioritaire menacé à Guînes : le SNES-FSU réagit

23 novembre 2014

voixdunord« Tout le jeu du rectorat, c’est de laisser croire qu’on ne peut pas toucher à la carte présentée. Le nôtre, c’est de montrer que cela peut encore bouger, après il sera trop tard ». Pour Jean-François Caremel, secrétaire du SNES-FSU 62, pas question d’accepter en l’état la refondation de l’éducation prioritaire et qui doit être officialisée en janvier. Il était présent jeudi dernier au rectorat à la réunion où a été présentée la carte des nouveaux réseaux. Certes, il y a eu des efforts : l’académie est mieux dotée avec 117 réseaux, soit 10 de plus qu’à la précédente refondation, en 1999. « Le nombre de réseaux ne correspond pourtant pas aux besoins de la région, souligne Jean-François Caremel, qui pointe aussi l’opacité de la démarche. Le rectorat a refusé de nous donner les chiffres sur lesquels le ministère s’est basé. La nouvelle carte a été faite sur base des réseaux existants. Il y a eu quelques entrées mais pour arriver à l’équilibre, on est obligé d’en sortir d’autres, parce qu’on travaille à enveloppe fermée. » Le syndicat réclame que tous les établissements qui ont été sortis du dispositif reviennent en éducation prioritaire. « Dans un collège comme Guînes, les indicateurs ne sont pas bons. On est sur un territoire plus défavorisé que dans le reste du Pas-de-Calais. »…

Lire l’intégralité de l’article


Académie de Lille – 25% d’enseignants grévistes ce mardi, selon un syndicat

11 décembre 2012

france311/12/2012
Yann Fossurier

Plusieurs syndicats ont appelé à la grève ce mardi dans les écoles, collèges et lycées de la région pour dénoncer les conditions de travail des enseignants. 25% des professeurs auraient suivi le mouvement selon le SNES-FSU.

Le syndicat SNES-FSU a recensé 25% de grévistes dans le secondaire : 30 % dans les lycées et 16% dans les collèges « avec des pointes à 63% comme au lycée Montebello de Lille », précise Karine Boulonne, la secrétaire académique.

Lire l’article dans son intégralité.
—-
Le Site du SNES Lille


Académie de Lille – Les profs de philo s’inquiètent pour l’avenir de leur discipline

19 juin 2012

19/06/2012
J.C.

« Quel avenir pour cette discipline ? ». Les enseignants de philosophie ont choisi d’alerter l’opinion hier, jour de l’épreuve du bac. Une action symbolique lancée au niveau national pour protester contre certains effets de la réforme du lycée.

Pas évident de se mobiliser le jour de l’épreuve de philo du bac. C’est pourtant la date que le SNES-FSU, principal syndicat de l’enseignement secondaire, a retenue pour protester contre « la disparition du cadre national fixant les horaires en classe dédoublée » , une mesure qui « met en danger la possibilité même d’un enseignement de la philosophie dans les séries technologiques ». Pour Jean-François Dejours, professeur au lycée Condorcet de Lens et membre du groupe national « Philo » du SNES, « au lieu de faire cours devant 17 élèves, nous serons face à 35 élèves ».

Lire l’article dans son intégralité.
—–
Communiqué de presse du 18 juin 2012 : « Bac Philo : Quel avenir pour cette discipline ?« 


Académie de Lille – Dunkerque : « Le vrai travail, qu’est-ce qu’il y connaît, Sarko ? »

2 mai 2012

02/05/2012

Combien de manifestants hier ?

Philippe Gaudry, responsable SNES-FSU pour le bassin de Dunkerque, a lui aussi jugé nécessaire « la rupture avec la politique actuelle » au terme de « cinq années de régresssion ».

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le Site du SNES Lille


Académie de Lille – Liévin : Lycée Darras : les syndicats enseignants sont inquiets et préparent une riposte

21 avril 2012

21/04/2012
Yves Portelli

Les statistiques concernant le nombre à venir des professeurs ou encore celles relatives aux heures d’enseignement inquiètent les syndicats enseignants. À l’initiative du SNES, une rencontre a été organisée jeudi soir au lycée Darras qui n’incite pas à l’optimisme.

Hubert Sauvage (SNES) dresse un constat peu encourageant : « Malgré des effectifs stables au lycée Darras (général et professionnel) on se rend compte que le départ de onze professeurs (7 + 4 au LP) est planifié. Deux postes concernent des nouveaux retraités qui ne seront pas remplacés. » Le professeur de philosophie liévinois y voit là un effet évident de la réforme puisque ce ne sont pas des pertes d’effectifs qui sont à l’origine des décisions. […]
» Les enseignants syndicalistes ne sont pas loin de penser que le point de non retour est atteint. Ils disposent de peu de leviers pour réagir. Pour la rentrée prochaine, ils envisagent de faire la grève des heures supplémentaires. Hubert Sauvage explique pourquoi : « Dans les faits, on demande aux profs de faire des heures supplémentaires pour faire face aux pénuries d’heures et de profs. C’est vrai au lycée Darras comme partout ailleurs. La loi nous oblige à accepter une heure. Au-delà, on peut dire non. Jusqu’à présent, on nous joue de la corde sensible pour accepter plus. Dès la rentrée prochaine, de nombreux enseignants refuseront d’aller au-delà de l’heure obligatoire. » Dans quelles proportions ? On ne sait pas encore mais l’appel pourrait être bien suivi. Un courrier commun de mécontentement vient de réunir quatre-vingts signatures (pour 120 enseignants en filière générale), c’est beaucoup. « En 2011-2012, on a encore joué le jeu mais là, on a atteint les limites du supportable » termine Hubert Sauvage.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le Site du SNES Lille


%d blogueurs aiment cette page :