La « possible » carte scolaire fâche déjà

17 octobre 2014

nouvellerepublique2 « …Fuite vers le privé

Du côté du conseil général, le vice-président Henri Colin estime que les discussions sont toujours ouvertes. « Toutes les modifications se feront en accord avec la commission scolaire et le CDEN avant que le conseil général ne se prononce. » Magali Espinasse, secrétaire académique du syndicat Snes-FSU craint « que la nouvelle sectorisation ait comme conséquence un recrutement qui soit source de ghettoïsation ». Elle estime qu’il serait temps de s’occuper de Chauvigny, La Roche-Posay et Montmorillon. Selon la porte-parole de la FCPE, trois collèges ont des difficultés avec la mixité sociale (F.-Bloch-Sérazin et Jean-Moulin à Poitiers et Jules-Verne à Buxerolles) parce que sur les secteurs concernés « il y a des familles vraiment défavorisées et d’autres favorisées mais pas de familles moyennes ». C’est par voie de communiqué que le groupe des élus de gauche du conseil général exprime son point de vue : « Clairement, le positionnement au cas par cas n’est pas envisageable. Il faut un plan d’ensemble mais qui réponde à une vraie logique de territoire, d’égalité et de mixité. » En l’état, parents et représentants syndicaux estiment que la fuite vers le privé ou les demandes de dérogations vont se poursuivre. Les débats en font que commencer. »

L’article en intégralité


Peillon abat sa carte scolaire scolaire

11 avril 2013

direct-matin11/04/2013

Vincent Peillon veut durcir les contours de la carte scolaire, en rendant moins faciles les dérogations. L’idée ne fait pas l’unanimité.

Les enseignants, enfin, se disent sceptiques. «Il ne faudrait pas que cela empêche un enfant d’apprendre une matière parce que c’est son envie et non un moyen de changer d’établissement», note Daniel Robin, cosecrétaire général du SNES.

Lire l’article dans son intégralité.
—–


Les syndicats enseignants ne veulent pas d’un  » collège à roulettes « 

10 juin 2011

10/06/2011
Dominique De Freitas

L’UMP a réaffirmé, cette semaine, sa proposition d’expérimenter des collèges par classe : les 6e et 5e d’un côté, les 4e et 3e de l’autre. Une idée qui fait grincer des dents les syndicats enseignants.

« C’est très paradoxal de la part de l’UMP de dire que cette expérimentation vise à promouvoir la mixité sociale parce que ce sont quand même eux qui ont supprimé la carte scolaire (*) », explique Frédérique Rolet, porte-parole de la FSU (ndlr : du SNES-FSU), estimant que ce collège par classes est « une mauvaise idée ».[…]
Car le principal problème soulevé par les syndicats se situe sur le plan pédagogique. Ce système de collège par classes « va instaurer une coupure au milieu d’un cycle entre la 6e et la 5e puis la 4e et la 3e. Quand ils sortent de l’école primaire pour entrer au collège, il y a déjà un dépaysement pour les enfants. Et deux ans après, on leur dit qu’il faut tout recommencer », explique Frédérique Rolet. L’enfant sera ainsi privé de repères qui auraient pu l’aider à poursuivre les efforts en cas de décrochage. »Dans certains établissements sensibles, les enfants ont le modèle des plus âgés. Il existe des formes de tutorat entre les 3e et les 6e. Ils les aident pour leurs devoirs mais aussi pour se repérer dans l’établissement. C’est assez positif. Avec ce système de collège par classes, on mettrait fin à tout ça », regrette-elle. […]
Frédérique Rolet souligne, elle aussi, que les professeurs auront plus de mal à « suivre la progression » de leurs élèves et que « le fait d’être cantonné dans un même niveau, ne crée pas de dynamique. Certains enseignants aiment travailler sur plusieurs niveaux, en sachant où ils doivent amener les enfants ».
Les syndicats s’accordent également sur le fait qu’instaurer un système de collège par classes « inciterait à faire un tri dès la 5e » d’après Frédérique Rolet, faisant ainsi allusion à l’idée du gouvernement d’une orientation précoce où les élèves pourraient être envoyés dans des filières professionnelles dès la 5e.

Lire l’article dans son intégralité.
—–


Le SNES en campagne – Redonner un avenir au collège


L’UMP propose de regrouper les collégiens par classes et non par quartier

9 juin 2011

09/06/2011
C.F.

C’est ce qui s’appelle un ballon d’essai. Au rayon des idées de l’UMP pour la présidentielle de 2012, l’idée de regrouper les collégiens par classes et non par quartier ne devrait pas passer inaperçue.

Frédérique Rolet, secrétaire nationale (ndlr : co secrétaire générale) du SNES (Syndicat national des enseignements de 2nd degré), se demande si l’objectif final n’est pas d’en finir avec le collège unique en envoyant en apprentissage dès la 5e un certain nombre d’élèves.

Lire l’article dans son intégralité.
—–


L’UMP veut expérimenter des collèges par classes

9 juin 2011

09/06/2011
Armelle Levy

Dans la bataille des idées en vue de la Présidentielle, l’UMP lance une nouvelle piste : le parti majoritaire propose d’expérimenter des collèges séparés non plus par quartiers, mais par classes. […] Dans les zones urbaines, il n’y aurait ainsi que des établissements avec uniquement des élèves de Sixième et de Cinquième, ou uniquement des Quatrièmes et des Troisièmes.

Ecouter la réaction de Frédérique Rolet, co secrétaire générale du SNES-FSU.

Lire l’article et écouter les interventions dans leur intégralité.
—–


%d blogueurs aiment cette page :