Académie de Lille – Les profs de philo s’inquiètent pour l’avenir de leur discipline

19 juin 2012

19/06/2012
J.C.

« Quel avenir pour cette discipline ? ». Les enseignants de philosophie ont choisi d’alerter l’opinion hier, jour de l’épreuve du bac. Une action symbolique lancée au niveau national pour protester contre certains effets de la réforme du lycée.

Pas évident de se mobiliser le jour de l’épreuve de philo du bac. C’est pourtant la date que le SNES-FSU, principal syndicat de l’enseignement secondaire, a retenue pour protester contre « la disparition du cadre national fixant les horaires en classe dédoublée » , une mesure qui « met en danger la possibilité même d’un enseignement de la philosophie dans les séries technologiques ». Pour Jean-François Dejours, professeur au lycée Condorcet de Lens et membre du groupe national « Philo » du SNES, « au lieu de faire cours devant 17 élèves, nous serons face à 35 élèves ».

Lire l’article dans son intégralité.
—–
Communiqué de presse du 18 juin 2012 : « Bac Philo : Quel avenir pour cette discipline ?« 


Académie de Besançon – Franche – Comté: la philo en manque de profs

7 juin 2011

07/06/2011
Daniel Bordur

Les profs de philo n’ont pas de soucis à se faire ! Ils sont en effet ardemment désirés par le rectorat de Besançon, qui craint d’en manquer pour le bac.

Ainsi donc, à trois semaines de l’épreuve emblématique du premier examen universitaire français, on réalisait qu’il n’y a plus assez de profs. Cela n’étonne pas Cyrille Lassale, prof de maths et secrétaire académique du SNES-FSU : « C’était prévisible. Cela fait trois ans qu’on recrute 6 000 à 8 000 profs par an alors que 16 000 partent à la retraite. Le service statistique et prospective du ministère évalue les besoins de recrutement à un peu moins de 20 000 par an. Et là, on ne parle pas des moyens, mais des gens. »

Lire l’article dans son intégralité.
—–
Le SNES en campagne – Recrutement

Le Site du SNES Besançon


Académie de Créteil – La philo dès la première? Les élèves adorent

15 mai 2011

15/05/2011
Christel Brigaudeau

Alors qu’une dizaine d’établissements de l’académie s’apprêtent à introduire la philosophie avant la terminale, le lycée François-Ier de Fontainebleau fait figure de pionnier.

« Le problème, c’est que tous les élèves ne vont pas en bénéficier. Certains vont arriver au bac avec deux ou trois ans de philo derrière eux, et d’autres une seule année, s’inquiète Laurence Piérini, en charge des lycées de l’académie de Créteil au SNES, le principal syndicat d’enseignants du second degré. Introduire la philosophie avant la terminale pourrait être intéressant, mais pour cela il faudrait mettre en place un vrai programme. On ne peut pas le faire à moyens constants. »

Seulement voilà : l’Education nationale n’envisage pas d’augmenter le nombre d’enseignants dans les salles de cours.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Penser et exercer son métier – « Éléments de réflexion sur l’enseignement de la philosophie en classes de seconde et de première« 


Chatel veut étendre l’enseignement de la philosophie à la seconde et la première

19 novembre 2010

19/11/2010
Stéphane Dupont

Le ministre de l’Education a proposé hier d’introduire des cours de philosophie à titre expérimental dans des lycées volontaires. Une idée plutôt bien accueillie. D’autant qu’elle ne coûterait rien, les enseignants de cette matière étant en surnombre.

Des thématiques telles que la citoyenneté, les droits et devoirs pouvant être abordées sous l’angle philosophique, a-t-il expliqué. « Ce qui est déjà possible », souligne Frédérique Rolet du SNES, premier syndicat du secondaire. Dans les faits, l’ECJS est rarement enseigné par des professeurs de philosophie.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne – Réforme du lycée


La philosophie conviée au lycée dès la seconde

18 novembre 2010

18/11/2010
(avec AP)

La philo est invitée à déborder le cercle des seules classes de terminale: le ministre de l’Education nationale Luc Chatel a saisi jeudi l’occasion de la Journée mondiale de la philosophie pour afficher sa volonté d’une initiation à cette discipline dès la seconde, sous diverses modalités, à compter de la rentrée 2011.

« On est satisfait que le ministre s’intéresse à l’enseignement de la philo en France », a expliqué à l’Associated Press Roland Hubert, co-secrétaire général du SNES-FSU (syndicat national des enseignements de second degré), en précisant que le syndicat souhaitait depuis plusieurs années un enseignement -et « pas une initiation »- de la philosophie en première littéraire.
Reste que « nous n’avons pas le détail » des initiatives. « Nous sommes assez dubitatifs sur ce qui est proposé », a-t-il dit, estimant qu’il n’y avait « rien de nouveau » concernant les cours d’ECJS : leur mise en place « s’est faite avec la recommandation que cet enseignement puisse être fait par n’importe quel prof volontaire de n’importe quelle discipline », a argué Roland Hubert.
En outre, le gouvernement « reste dans un cadre budgétaire contraint, on ne recrute pas d’enseignants, on diminue les horaires d’enseignement des élèves et on veut rajouter des choses », a-t-il noté, observant que les profs de philo n’étaient « pas si nombreux ».
Et Roland Hubert d’insister sur la nécessité d’une mesure « inscrite dans la durée » avec une « assurance de financement sur plusieurs années ».

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne – Réforme du lycée


%d blogueurs aiment cette page :