Sanction levée pour un professeur suspendu pour avoir montré en classe des caricatures

23 janvier 2015

lemonde « …Le professeur, « à sa demande », ne retournera pas dans son établissement, mais ira enseigner ailleurs. Quant à la grève, elle « n’a plus lieu d’être puisque nous avons obtenu gain de cause », tranche José Pozuelo, secrétaire départemental au SNES-FSU (Syndicat national des enseignements de second degré-Fédération syndicale unitaire). « La raison l’a donc emporté », a commenté le syndicat dans un communiqué, tout en regrettant que « la mise en cause d’un professeur sur une rumeur et la précipitation à lui imputer une faute, sans l’avoir entendu, [aient] conduit à une sorte de scandale public. »… »

Lire l’article en intégralité 

Publicités

Enseignant suspendu à Mulhouse : « Nous voulons la réintégration ! »

23 janvier 2015

lalsace« …A défaut d’être reçu par le sous-préfet de Mulhouse – « le préfet lui a répondu qu’il fallait laisser la main à l’Éducation nationale » , a indiqué un représentant du Snes-FSU – ce dernier a lu la lettre ouverte adressée à la ministre de l’Éducation nationale : « Que s’est-il passé dans la chaîne des responsabilités, de la principale au recteur, pour créer une telle injustice, qui bafoue les règles élémentaires de la République et de ses principes ? Pouvez-vous demander à l’école de la République de remplir partout ses missions et abandonner un collègue, dont nous savons l’intégrité et l’investissement ? Vous laisseriez se perpétrer une injustice et vous ouvririez la porte à une déstabilisation plus forte encore de l’école et de ses maîtres, au moment ou l’école publique laïque a besoin de soutien. »… »

Lire l’article en intégralité


Ce que les profs attendent de l’Education nationale après les attentats

23 janvier 2015

logo« …Frédérique Rolet, professeur de lettres au collège Lavoisier, dans la banlieue de Lille (59), et Secrétaire générale du Syndicat National des Enseignements du Second degrés (SNES):

Devant certains publics, c’est difficile d’aborder les notions de liberté d’expression, de laïcité, et certains contenus d’enseignement. On nous demande beaucoup mais on n’a pas l’impression d’être beaucoup soutenus. Ces questions ne se résoudront pas en peu de temps. Et je redoute que le gouvernement soit surtout dans la com’. On parle toujours beaucoup d’Education nationale après des événements comme ça, et puis ça retombe. On reste sceptique. »

Lire l’article en intégralité


Une minute de silence et d’intox

23 janvier 2015

lhumanite

« …Huit d’entre eux avaient quitté la classe de Nicolas, prof syndiqué au Snes-FSU.

«-Vous voulez en parler ?» avait d’abord lancé l’enseignant, comme à ses trois autres classes de la matinée. «Une très grande majorité de leurs prises de parole visait à dire : “Ce ne sont pas des musulmans qui ont fait ça. L’islam interdit de tuer”», raconte l’enseignant. Beaucoup d’autres, aussi, ont fait part de leurs peurs de représailles vis-à-vis des musulmans «qui vont être dans le viseur». Un seul élève de sa classe a souligné que Charlie Hebdo «l’avait bien mérité». Les caricatures, «c’est abusé», «dégueulasse», ont dit certains. Parfois, «avec un ton provocateur», parfois plus posément. Les dessinateurs « ont été peu respectueux», dira un autre, tout en reconnaissant que « c’était grave de les avoir tués ».

Ils furent sans nul doute surpris de la réponse du professeur. «Moi-même, je ne cautionne pas du tout la ligne éditoriale de Charlie Hebdo ces dernières années, versant dans un discours semblable aux tenants du choc de la civilisation», leur a expliqué Nicolas. Mais la minute de silence est pour les morts, pas pour les caricatures. » Cet enseignant a même laissé à chacun de ses élèves le choix de participer, au nom de leur liberté de conscience. Huit sont sortis, après le débat en classe, en conscience…. »

Lire l’article en intégralité


Polémique dans un collège situé en ZEP : un enseignant suspendu à Mulhouse

16 janvier 2015

dna

Le recteur de l’académie de Strasbourg a décidé de suspendre un professeur d’un collège mulhousien qui avait tenu de vifs propos à ses élèves à la suite de la projection de caricatures de Mahomet. Le Snes-FSU estime que l’enseignant a été « sacrifié pour calmer le jeu »…

lire l’article en intégralité : http://www.dna.fr/religions/2015/01/16/un-enseignant-suspendu-a-mulhouse


« Charlie, la solution est-elle à l’école ? » avec Frédérique Rolet (SNES-FSU) et Alice Cardoso

16 janvier 2015

rfi« Charlie, la solution est-elle à l’école ? » – RFI – 15.01.2015

Après les quelques incidents survenus dans les collèges à la suite des attentats du 7 et 9 janvier 2015, se pose la question de savoir si les enseignants sont assez bien préparés à aborder ces question en classe. Passé l’émotion, un vrai travail de fond s’impose touchant toutes les disciplines pour combattre les théories du complot et redonner les bases fondamentales pour comprendre la laïcité… Pour en parler RFI reçoit Antoine Jardin, (Sciences-Po), Frédérique Rolet (SNES-FSU) et Alice Cardoso, professeur d’histoire Géo

« Charlie, la solution est-elle à l’école ? » avec Frédérique Rolet (SNES-FSU), Alice Cardoso


« Ne pas sanctuariser l’école » avec Fabienne Belin SNES-FSU

15 janvier 2015

sud-radio-93030« Faut-il faire des enseignants les nouveaux hussards de la République ? » C’était le thème du débat du « Grand Référendum » de Dimitri Pavlenko sur Sud Radio, le 15 janvier 2015.

avec Fabienne Belin, secrétaire nationale SNES-FSU (responsable laïcité)
et Hélène Rouch, secrétaire nationale FCPE

Nous sommes quelques jours après les attentats en France, et les quelques incident qui ont émaillé la minute de silence, en hommage aux victimes, dans les établissements scolaires.

(extraits)


%d blogueurs aiment cette page :