Lycéens gardés à vue : y’a-t-il eu abus de pouvoir ?

7 avril 2010

07/04/10
Lionel Dian

Trois ados placés en garde à vue pour avoir insulté la fille d’une policière. Parents et professeurs crient au scandale.

« Ahuri » par cette « intervention musclée et disproportionnée » des policiers, Antoine Hollard, professeur de mathématiques au lycée Artaud et militant du SNES, explique : « le commissariat de Plan-de-Cuques ne fait pas partie du secteur ; il n’y a eu aucun appel du proviseur, aucune plainte déposée, aucune demande au procureur d’intervenir, aucun flagrant délit, ni de blessé. C’est catastrophique pour notre rôle d’éducateur et aussi pour l’image de la police ».

Lire l’article dans son intégralité.
—–

– Le SNES en campagne : Communiqué de presse du 07 avril 2010 : « Garde à vue de trois lycéens à Marseille : un abus de pouvoir« 


Académie d’Aix-Marseille – La fille d’une policière insultée à Marseille, 3 lycéens arrêtés

7 avril 2010

07/04/10
(par Reuters)

Trois lycéens marseillais ont été placés en garde à vue vendredi pendant plusieurs heures, fouillés au corps et menottés pour avoir insulté la fille d’une commandante de police, apprend-on de source syndicale.

« Dans la demi-heure suivante, 12 fonctionnaires de police, à bord de trois véhicules de service, dirigés par un commandant de la police nationale, se rendaient au lycée », a dit à Reuters le secrétaire académique du SNES, Alain Barlatier.
« Nous sommes en plein délire. C’est une dérive sécuritaire extrêmement grave où un officier de police confond sa fonction et ses relations familiales », a ajouté le syndicaliste, également professeur au lycée Antonin-Artaud.
« Cette dérive n’est pas seulement liée à la personnalité de l’officier de police incriminé, mais résulte d’un climat ‘tout sécurité’ qui permet ce type de dérapage », a-t-il estimé.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

– Le SNES en campagne : Communiqué de presse du 07 avril 2010 : « Garde à vue de trois lycéens à Marseille : un abus de pouvoir« 


Académie d’Aix-Marseille – Marseille : ils insultent sa fille, la policière les place en garde à vue

7 avril 2010

07/04/10
Laetitia Sariroglou et Laurent Léonard

Elle (ndlr : Une policière) avait arrêté trois lycéens qui avaient insulté sa fille

« Elle a exigé que ces trois jeunes lui soient remis sur le champ ou alors elle procéderait à leur arrestation à la sortie, raconte Alain Barlatier, professeur au lycée Artaud et secrétaire départemental SNES-FSU. La proviseure a préféré jouer la carte de l’apaisement et est allée chercher les trois élèves ».

Lire l’article dans son intégralité.
—–

– Le SNES en campagne : Communiqué de presse du 07 avril 2010 : « Garde à vue de trois lycéens à Marseille : un abus de pouvoir« 


Académie de Lille – Grogne des lycéens de Kernanec : en attendant que les profs entrent dans la danse…

9 décembre 2009

09/12/2009
J.-CH. G.

Des lycéens de Kernanec protestent devant leur établissement contre la réforme des lycées.

Joint dans l’après-midi, Daniel Compère, délégué SNES/FSU, explique que les enseignants ont décidé de tenir une nouvelle assemblée « sous forme d’heure syndicale » demain jeudi, jour ou le projet de réforme sera présenté devant le conseil supérieur de l’Éducation nationale. Un préavis de grève nationale a été déposé. « Il y a 99 % de chances que nous fassions grève ce jeudi. Mais surtout, nous voudrions inviter les parents à cette assemblée. On veut leur expliquer cette réforme, pour qu’ils comprennent. Il faut surtout éviter que ce mouvement ne réponde plus à ce qu’on veut en faire ; un mouvement contre cette réforme pensée sans nous. »

Lire l’article dans son intégralité.

—–

– Le SNES en campagne : Réforme du lycée.

Signez la lettre pétition.


Académie de Lille – Le « syndicanapé » de Kernanec poursuit son blocus

8 décembre 2009

08/12/09
Jean-Charles Gatineau

Des lycéens de Kernanec protestent devant leur établissement contre la réforme des lycées.

Du côté des professeurs, Daniel Compère, délégué SNES/FSU, confirme que le mouvement est bien né et mené exclusivement par des lycéens. « Ils sont bien informés, souligne-t-il. Pour notre part, nous sommes dans le mouvement, nous l’accompagnons » tout en continuant à assurer les cours pour les élèves présents. « Nous ne sommes poussés par aucun syndicat », confirment les élèves. Du coup, certains ont baptisé leur groupe « Syndicanapé », en référence au grand fauteuil de récup’ planté devant la porte du lycée.

Lire l’article dans son intégralité.

—–

Le SNES en campagne : Réforme du lycée

Le Site du SNES Lille


%d blogueurs aiment cette page :