Des enseignants des lycées publics disent leur inquiétude ; la direction veut sécuriser les entrées

17 octobre 2014

lyonne …«L’agression de deux collègues a provoqué une vive émotion », indique Olivier Provost, professeur aux lycées Janot et Curie depuis 2000 et représentant SNES-FSU. Dans une pétition remise, lundi, à la direction de l’établissement, l’équipe pédagogique évoque « un malaise », « un sentiment diffus d’insécurité ». Une pétition signée par deux tiers des professeurs du lycée général et technologique.

Le mois dernier, une enseignante a été poussée contre une porte par un élève ( notre édition du 23 septembre). Elle a porté plainte pour violences. Au début du mois, un enseignant a été menacé par un de ses élèves alors qu’il lui demandait de sortir de sa classe. À la rentrée, une secrétaire avait été agressée par le frère d’une élève.

« Heureusement, ces faits ne sont pas monnaie courante, tempère Olivier Provost. Mais cela pose problème….»

L’article en intégralité


Académie de Lyon – Vaulx-En-Velin : le collège des Noirettes vote contre à la permanence policière

8 décembre 2010

08/12/2010
Laurence Loison

Les enseignants des Noirettes ont organisé un « référendum » : 89 % des votants ont réclamé le départ du policier référent. Une motion votée et approuvée par le Conseil d’administration.

Ces deux votes, sans vraie valeur officielle, ne changeront rien. mais ils en disent long sur les débats qui agitent le collège. « La présence d’un policier dans l’école est de plus en plus mal perçue. Et les collègues qui étaient plus hésitants que nous au départ, se rendent bien compte maintenant qu’il serait bien plus utile dans la rue », affirme Marc Jampy, enseignant (SNES).

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le Site du SNES Lyon


Académie de Versailles – Batterie de mesures contre la délinquance

7 mai 2010

07/05/2010
Frédéric Naizot

Le préfet du Val-d’Oise a présenté hier son plan de prévention dans le Val-d’Oise. Violences scolaires, conjugales et développement de la vidéosurveillance font partie des priorités.

Parmi les enseignants, cette mesure fait grincer des dents. « Ça n’est pas une solution, estime David Rafroidi, secrétaire départemental du Syndicat national des enseignements du second degré (SNES). Il faut avant tout arrêter de supprimer des postes d’enseignant, de conseiller d’orientation, de conseiller d’éducation et de psychologue en charge des jeunes. C’est du bon fonctionnement des établissements que naîtra l’absence de violence. »

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne – Communiqué de presse du 5 mai 2010 : « La caricature au service du sécuritaire« 


Nicolas Sarkozy annonce la création d’«établissements de réinsertion scolaire»

6 mai 2010

06/05/2010

Le président de la République a de nouveau promis d’être « intraitable » contre la violence à l’école et annoncé la création d’« établissements de réinsertion scolaire » pour les élèves les plus difficiles.

La réaction de Frédérique Rolet, cosecrétaire générale du Syndicat national des enseignements de second degré (SNES-FSU)

« Il a parlé d’élèves qui avaient été exclus au moins une fois d’un établissement scolaire. C’est vraiment rapide de considérer qu’ensuite on doit les sortir complètement de la communauté scolaire ».
« D’autre part, si j’en crois le président de la République, ces élèves auront des enseignements extrêmement appauvris, puisque ce sera les apprentissages fondamentaux ».

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne – Communiqué de presse du 5 mai 2010 : « La caricature au service du sécuritaire« 


« Un discours de café du commerce »

5 mai 2010

05/05/2010
Samule Laurent

Entretien avec Frédérique Rolet, cosecrétaire générale du SNES-FSU, à la suite du discours de Nicolas Sarkozy sur la violence à l’école.

Qu’avez-vous pensé du discours de Nicolas Sarkozy ?

Il n’y a rien de nouveau. C’est un catalogue de mesures déjà annoncées ces derniers jours, avec une tonalité caricaturale de « gentils contre méchants » et un tableau catastrophiste des établissements. Les propos sont démagogiques, avec une dramatisation. Dire qu’un seul élève peut perturber tout un établissement, c’est faux ! De plus, malgré l’équilibre entre prévention et répression qu’il évoque, il est clairement dans le répressif ! Il s’agit avant tout de montrer à l’opinion qu’on s’intéresse à l’école alors que dans le même temps on la met à feu et à sang.

Lire l’entretien dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne – Communiqué de presse du 5 mai 2010 : « La caricature au service du sécuritaire« 


Violence scolaire : les propositions de Nicolas Sarkozy

5 mai 2010

05/05/2010

Mercredi 5 mai, Nicolas Sarkozy a annoncé, dans un discours-cadre prononcé devant trois cents personnalités conviées à l’Elysée, ses propositions pour faire face à la violence scolaire.

« C’est une logique inégalitaire qui se met en place, un discours assimilant l’école à l’entreprise », a réagi Frédérique Rolet, cosecrétaire générale du SNES-FSU.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne – Communiqué de presse du 5 mai 2010 : « La caricature au service du sécuritaire« 


Les Annonces de Sarkozy pour la sécurité dans les Etablissements scolaires : « Tackling French youth delinquency »

21 avril 2010

21/04/10
Marjorie Hache

President Nicolas Sarkozy has announced tough measures to tackle youth delinquency in schools. Families whose children regularly skip school could face losing family allowances and a policeman could be posted in the 53 roughest schools. However teacher’s union SNES says these measures will not help solve the real problem.

Ecouter l’intervention (en anglais) d’Odile Cordelier, secrétaire nationale du SNES-FSU, coresponsable du secteur International, sur le sujet.
—–

Le SNES en campagne – communiqué de presse du 8 avril 2010 : « États Généraux de la sécurité à l’école : le Ministre refuse de comprendre« 


%d blogueurs aiment cette page :