1600 euros bruts : querelle autour du salaire des futurs enseignants

tf105/06/2013
Caroline Piquet

Un projet de décret, qui prévoit de rémunérer les futurs enseignants à hauteur de 1600 euros brut au lieu de 2000 actuellement, fait polémique. Alors que le SNES-FSU dénonce une baisse de salaire, le ministère de l’Education nationale prétend « ajouter une année de rémunération ».

« Sachant qu’on a du mal à recruter des enseignants en ce moment, c’est un très mauvais signal envoyé aux futurs profs qui vont être moins bien payés, dénonce à son tour Frédérique Rolet, porte-parole du syndicat des enseignants et secrétaire générale du SNES-FSU. Le risque de cette mesure dissuasive? Les étudiants vont se détourner de l’enseignement, vont passer d’autres concours de la fonction publique ou encore partir dans le privé ».

Dernière critique du syndicat SNES-FSU : les « enseignants débutants français sont payés 10% de moins que les moyennes des pays de l’OCDE ». Ainsi, « nous demandons au ministre de revoir sans délai son projet », prévient le SNES-FSU qui exige que la rémunération des nouveaux enseignants « au lieu d’être diminuée, soit élevée rapidement à la moyenne de l’OCDE ». Une revalorisation des salaires qui sera difficile à mettre en œuvre, à l’heure où le ministère cherche à faire des économies.

Lire l’article dans son intégralité.
—–
Communiqué de presse du 5 juin 2013 : « Peillon décide de baisser le salaire des nouveaux profs« 

Publicités

Commentaires fermés