Peillon : deuxième trimestre en baisse, des réformes à revoir

lefigaro01/04/2013

Embourbé dans les rythmes scolaires, le ministre de l’Éducation nationale a présenté une loi sur la refondation de l’école dans l’indifférence générale.

Le 6 avril, la FSU, première fédération syndicale, n’appelle-t-elle pas à une manifestation pour «une vraie refondation du système éducatif»? «Il s’agit d’un rappel aux engagements. Nous avons été indulgents en septembre 2012, car il s’agissait de la rentrée de Chatel. En revanche, celle de 2013 sera imputable à Vincent Peillon», explique Frédérique Rolet, porte-parole du SNES-FSU. Dans ce mouvement, la fédération ne sera pas rejointe par d’autres syndicats. «La FSU, qui donnait jusqu’alors le la dans le paysage syndical, est isolée», souligne une mauvaise langue. Il n’empêche. Vincent Peillon est attendu au tournant par l’ensemble des syndicats.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Actualités syndicales : Manifestation nationale à Paris le 6 avril

Publicités

Commentaires fermés