Formation des enseignants : la place du concours toujours en débat

03/10/2012
Isabelle Maradan

Les travaux du groupe de la concertation pour la refondation de l’école planchant sur la formation des enseignants se sont achevés le 28 septembre 2012. Soixante-dix personnes, dont les syndicats d’enseignants, ont participé régulièrement aux réunions. Leurs conceptions de la place et de la nature du concours de recrutement des enseignants divergent. Le ministre va devoir trancher.

Selon Daniel Robin, cosecrétaire général du SNES, «le problème du concours transitoire en 2013, c’est qu’à partir du moment où le ministre a décidé de siphonner le M1, on se demande comment il pourrait proposer un concours en fin de M2 l’année suivante…». Pour d’autres, ces mesures sont transitoires et doivent être distinguées du travail de concertation. Une certitude : la place du concours n’a pas fait consensus au sein du groupe chargé de débattre de la formation des enseignants.

Un concours en fin de M1 : le SNUIPP et le SNES en désaccord

Au sein de la FSU (Fédération syndicale unitaire), les positions des deux syndicats d’enseignants divergent encore. Le SNUIPP, syndicat majoritaire du premier degré, initialement favorable à un concours en fin de licence 3, estime que le concours de recrutement pourrait avoir lieu en fin de première année de master, alors que le SNES, majoritaire dans le second degré, juge cette hypothèse «inacceptable» et défend l’idée d’un concours en fin de master 2.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Le SNES en campagne – Recrutement

Publicités

Commentaires fermés