Vers une expérimentation étendue des écoles-collèges publics

29 octobre 2012

29/10/2012
Camille Crosnier

Les consultations sont terminées avec les syndicats et les élus et déjà des voix s’élèvent contre des idées qui n’étaient pas prévues dans ce rapport sur la refondation de l’école et qui pourtant y figurent.

Le SNES écrit dans un communiqué que le ministre de l’Education, Vincent Peillon, « semble vouloir réintroduire le projet d’Ecole du socle, qui vise à fusionner le premier degré et le collège, par le biais d’une expérimentation inscrite dans la loi ».
Le syndicat craint que le statut des enseignants soit remis en cause.

Lire l’article dans son intégralité.
—–
Communiqué de presse du 24 octobre 2012 : « Une loi d’orientation contre les personnels et l’intérêt des élèves ? »

Publicités

Régionaliation des services d’orientation : que vont devenir les COPsys ?

26 octobre 2012

26/10/2012
Sandrine Chesnel

Régionaliser les services d’orientation pour qu’ils soient plus efficaces, telle est la volonté du ministre de l’Education nationale. A la mi-octobre, Vincent Peillon a annoncé aux syndicats sa volonté de transférer les CIO aux régions, et de placer les conseillers d’orientation-psychologues et les directeurs des CIO sous une double autorité rectorale et régionale.

«Propositions inacceptables ». Dans son communiqué diffusé le 12 octobre 2012, le SNES a exprimé sans nuance son opposition au projet de régionalisation des services d’orientation. Une opposition appuyée le 24 octobre par la publication d’un communiqué de presse intersyndical réunissant avec le SNES, la CGT Education, Education Sud et le SNFOLC.

Lire l’article dans son intégralité.
—–
Communiqué de presse du 24 octobre 2012 : « Le ministère de l’Education nationale brade son service public d’orientation ! »


Loi Peillon: qu’est-ce-qui coince avec les syndicats?

25 octobre 2012

25/10/2012
avec SIPA

Plusieurs syndicats enseignants sont « en désaccord » avec les propositions du ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, pour refonder l’école et demandent l’ouverture de « discussions sérieuses ».

Certaines « propositions inacceptables » pour le SNES

Après une rencontre au ministère lundi soir, le principal syndicat d’enseignants du second degré, le SNES a dénoncé des « propositions inacceptables » dans un communiqué qui sonne comme un avertissement adressé à Vincent Peillon.

Selon le syndicat, la future loi Peillon comporte d’ors-et-déjà des « points de blocages ».

D’une part la décentralisation du service public de l’orientation et de la formation professionnelle, qui devraient être confiées en partie aux régions fait craindre au syndicat « des dysfonctionnements incessants » et des offres de formation « pilotées essentiellement par des besoins locaux et immédiats ».

Par ailleurs, le SNES s’oppose depuis le début à « l’École du socle » qui devrait être inscrite dans la loi et qui entérine le rapprochement de l’école élémentaire et du collège avec des possibilités de dérogations.

Le texte de la Loi de programmation et d’orientation va être rendu public dans les jours qui viennent et sera présenté en Conseil des ministres au plus tard le 19 décembre.

« On navigue un peu dans le brouillard, on n’a pas de visibilité sur le calendrier » a expliqué à Sipa Frédérique Rolet, secrétaire générale du SNES-FSU. « Il commence à il y avoir un mécontentement qui monte, on envisagera une mobilisation d’ici le 19 décembre si rien ne bouge d’ici là », a-t-elle expliqué.

Lire la dépêche dans son intégralité.
—–
Communiqué de presse du 24 octobre 2012 : « Une loi d’orientation contre les personnels et l’intérêt des élèves ? »


Loi Peillon sur l’école: pourquoi le Snes menace de mobiliser ses troupes

24 octobre 2012

24/10/2012
Marie-Caroline Missir

Les négociations autour de la refondation de l’école ne se passent pas exactement comme prévu. Le SNES, qui s’était fait discret jusqu’ici, menace de mobiliser la profession contre la réforme du métier enseignant, conséquence des mesures annoncées par le ministre.

« Cette méthode est une façon de ne pas faire les choses frontalement », s’agace Frédérique Rolet. « D’un côté, il accorde une interview au Monde dans lequel il affirme qu’il est contre la bivalence, et de l’autre il fixe ces expérimentations dans la loi, qui lui permettent entre autres d’introduire la bivalence », à savoir la possibilité pour un même enseignant d’enseigner deux matières.
Réussir là où les autres ministres ont échoué?
« Ces expérimentations, conduiraient même à remettre en cause la structuration disciplinaire du second degré et le statut des enseignants en imposant à certains professeurs en collège de devoir enseigner dans le premier degré et réciproquement », déplore le Snes dans son communiqué.

Lire l’article dans son intégralité.
—–
Communiqué de presse du 24 octobre 2012 : « Une loi d’orientation contre les personnels et l’intérêt des élèves ? »


«Tempête sous un crâne», journées de classe à Saint-Ouen

24 octobre 2012

24/10/2012
Arnaud Schwartz

Signé d’une jeune cinéaste de 36 ans, ce documentaire témoigne avec subtilité du travail des enseignants dans un collège situé en zone d’éducation prioritaire.

Au mur, une reproduction du Désespéré de Gustave Courbet, tête entre les mains, agit comme un discret clin d’œil au titre de ce documentaire auquel le syndicat national des enseignements du second degré (SNES) a prêté son concours. Dans la salle d’arts plastiques, on se familiarise par la pratique avec les mobiles de Calder et les noirs de Soulages.

Lire l’article dans son intégralité.
—–
Actualité Syndicale : « Tempête sous un crâne » : au cœur du métier


Réforme de l’école : Peillon ménage les syndicats

12 octobre 2012

12/10/2012
Marie-Christine Corbier

Quand on change les choses, il faut le faire avec le plus de circonspection possible. » Vincent Peillon s’est montré très prudent hier en présentant ses premiers arbitrages sur la réforme de l’école.

« Je ne retiens pas l’idée de la bivalence, a-t-il affirmé. Il n’y a pas de changement de statut. Les profs ont été tellement attaqués, je ne veux pas blesser les identités disciplinaires qui méritent le respect. » « Le respect de ces compétences professionnelle nous paraît très important », approuvait hier Roland Hubert, secrétaire général du SNES-FSU, le syndicat le plus représenté dans les collèges et lycées.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Concertation – Ce que dit et fait le SNES


A l’issue de la concertation, une « boîte à idées » qui pourrait fâcher

9 octobre 2012

09/10/2012
Mattéa Battaglia

Dans la longue liste des mesures pour « refonder l’école » rendues publiques, le 5 octobre, par le comité de pilotage de la concertation, certaines font déjà débat. Revue de détail des sujets qui pourraient potentiellement fâcher les acteurs de l’éducation.

– Des enseignants « bivalents »

Pour « fluidifier la transition école élémentaire-collège », réputée difficile pour les enfants, les rapporteurs de la concertation proposent de mettre face aux élèves de fin de primaire et de début du collège quelques professeurs qui enseigneraient non plus une seule discipline mais un « champ disciplinaire » (histoire-géographie et français; maths et sciences).

Il n’en fallait pas plus pour réveiller la crainte d’une bivalence voire polyvalence généralisée des enseignants. « Les collègues y sont farouchement hostiles, rappelle Frédérique Rolet, du SNES-FSU, majoritaire dans le second degré. C’est du recyclage d’idées convenues qui ont quarante ans d’âge. Au lieu de réfléchir aux contenus à enseigner, aux projets à mener en commun en CM2- 6e, le rapport a fait son choix: celui d’une « école du socle » que nous contestons. »

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Concertation – Ce que dit et fait le SNES


%d blogueurs aiment cette page :