Détecteurs de portables au bac : bien mais pas suffisant pour les profs

13/06/2012

Pour cette session du baccalauréat 2012, le ministère de l’Education a installé des détecteurs de téléphones portables dans certaines salles d’examen. Objectif : lutter contre la fraude au bac, un an après l’affaire de la fuite au bac scientifique où un extrait d’épreuve avait été diffusé sur Internet. Les réactions à ce durcissement de ton sont mitigées.

Valérie Sipahimalani, enseignante au lycée Jules Ferry à Paris et responsable au SNES est elle assez dubitative sur l’efficacité de la mesure. « Nous ne sommes pas mieux armés pour faire face à ce type de fraudes surtout que les élèves composent dans leur propre établissement », souligne-t-elle.

Lire l’article dans son intégralité et écouter la réaction de Valérie Sipahimalani, secrétaire nationale du SNES-FSU en charge du secteur « Lycées ».
—–

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :