Le SNES exige des mesures d’urgence pour les enseignants stagiaires

14/02/2012
François Jarraud

« Quel que soit le gouvernement en place après les élections, il devra rétablir des conditions acceptables d’entrée dans le métier d’enseignant ».

Outre ce message très clair à François Hollande, Daniel Robin, secrétaire général du SNES, en a lancé deux autres. Un à Luc Chatel à propos de la loi Grosperrin. Et un autre à Alain Boissinot, recteur de Versailles, qualifiant « d’escroquerie » les masters d’ enseignement en alternance mis en place dans cette académie.
« C’est une méthode scandaleuse » qu’utilise le gouvernement avec la loi Grosperrin, explique Daniel Robin. Après l’annulation, fin novembre 2011, par le Conseil d’Etat de l’arrêté sur la formation des enseignants, le gouvernement était invité à proposer un nouveau texte. Pour Daniel Robin, il a fait le choix de la proposition de loi Grosperrin pour gagner du temps et imposer la suppression de toute formation professionnelle et des IUFM.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Conférence de Presse du SNES-FSU sur la Formation des Enseignants : consultez le dossier de presse

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :