Les syndicats enseignants ne veulent pas d’un  » collège à roulettes « 

10/06/2011
Dominique De Freitas

L’UMP a réaffirmé, cette semaine, sa proposition d’expérimenter des collèges par classe : les 6e et 5e d’un côté, les 4e et 3e de l’autre. Une idée qui fait grincer des dents les syndicats enseignants.

« C’est très paradoxal de la part de l’UMP de dire que cette expérimentation vise à promouvoir la mixité sociale parce que ce sont quand même eux qui ont supprimé la carte scolaire (*) », explique Frédérique Rolet, porte-parole de la FSU (ndlr : du SNES-FSU), estimant que ce collège par classes est « une mauvaise idée ».[…]
Car le principal problème soulevé par les syndicats se situe sur le plan pédagogique. Ce système de collège par classes « va instaurer une coupure au milieu d’un cycle entre la 6e et la 5e puis la 4e et la 3e. Quand ils sortent de l’école primaire pour entrer au collège, il y a déjà un dépaysement pour les enfants. Et deux ans après, on leur dit qu’il faut tout recommencer », explique Frédérique Rolet. L’enfant sera ainsi privé de repères qui auraient pu l’aider à poursuivre les efforts en cas de décrochage. »Dans certains établissements sensibles, les enfants ont le modèle des plus âgés. Il existe des formes de tutorat entre les 3e et les 6e. Ils les aident pour leurs devoirs mais aussi pour se repérer dans l’établissement. C’est assez positif. Avec ce système de collège par classes, on mettrait fin à tout ça », regrette-elle. […]
Frédérique Rolet souligne, elle aussi, que les professeurs auront plus de mal à « suivre la progression » de leurs élèves et que « le fait d’être cantonné dans un même niveau, ne crée pas de dynamique. Certains enseignants aiment travailler sur plusieurs niveaux, en sachant où ils doivent amener les enfants ».
Les syndicats s’accordent également sur le fait qu’instaurer un système de collège par classes « inciterait à faire un tri dès la 5e » d’après Frédérique Rolet, faisant ainsi allusion à l’idée du gouvernement d’une orientation précoce où les élèves pourraient être envoyés dans des filières professionnelles dès la 5e.

Lire l’article dans son intégralité.
—–


Le SNES en campagne – Redonner un avenir au collège

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :