La grève des enseignants est forte dans les banlieues défavorisées

10/02/2011
(AFP)

Même si le ministre Luc Chatel assure qu’il y a encore aujourd’hui plus d’enseignants pour moins d’élèves qu’en 1990, l’opposition aux suppressions de postes prend une ampleur grandissante à l’heure où chaque établissement est en train de connaître le sort qui lui sera réservé en septembre.

« On est en train de sacrifier toute une génération » d’élèves, a déclaré Frédérique Rolet, cosecrétaire générale du SNES-FSU, le premier syndicat des collèges et lycées, en estimant que la grève avait été bien suivie, surtout dans les établissements de « l’éducation prioritaire », accueillant les élèves les plus en difficultés.

Lire l’article dans son intégralité.
—–
Le SNES en campagne – Actualité syndicale – Jeudi 10 février 2011 : AGIR POUR LE SYSTÈME ÉDUCATIF, POUR NOS MÉTIERS, POUR NOS ÉLÈVES

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :