Vincent, contractuel « moralement usé »

19/01/2011
Gilles Daniel

La précarité, Vincent connaît. Ce contractuel témoigne pour Metro.

Militant du SNES-FSU, où il défend les non-titulaires, il peste contre les contraintes imposées à une main d’œuvre « ultra-flexible », dont les droits sont au rabais. « On m’a déjà envoyé travailler à 110 kilomètres de mon domicile, raconte-t-il, et contrairement aux titulaires remplaçants, on ne nous rembourse pas les frais de déplacement. Il m’arrivait de dormir à l’infirmerie du collège. » Tous les ans, Vincent tente sa chance au Capes, sésame pour la titularisation. « Mais je n’ai pas le temps de le préparer et il y a très peu de places ». En mars, son remplacement prendra fin. « Après, c’est l’incertitude », soupire-t-il.

Lire l’article dans son intégralité.
—–

Actualités syndicales – Non-Titulaires : « Après le 9 décembre, journée nationale d’action contre la précarité le 20 janvier dans toute la France« 

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :