Le ras-le-bol des professeurs stagiaires

20-21/10/2010
Alexandra Bogaert

Six semaines après la rentrée, ils sont usés et mécontents de leurs conditions d’entrée dans le métier.

La rentrée a été éprouvante pour les professeurs stagiaires du secondaire.[…]
Résultat, un mois et demi après le début des cours, 82% d’entre eux se disent fatigués, 60% débordés, selon les premiers résultats d’une enquête menée par le SNES-FSU, syndicat majoritaire dans le second degré qui organise hier une « journée nationale d’expression des stagiaires ».[…]
Le ministre de l’Education nationale Luc Chatel s’est engagé à faire en novembre « un premier bilan » de la rentrée 2010 et a suggéré de recréer une sorte de formation en alternance, dans le cadre des nouveaux masters « enseignement » proposés à l’université par la réforme. « Encore du bricolage inacceptable », dénonce le SNES.

Lire l’article dans son intégralité.

« Moi qui ai fait de longues études, à un rythme soutenu, et qui suis une bosseuse, là, je me sens complètement débordée. J’ai craqué une seule fois depuis la rentrée, chez moi. C’est le jour où ma tutrice, qui est aussi prof d’anglais et qui est dans le même établissement que moi, a assisté à un de mes cours et m’a dit que c’était catastrophique. Normal, on ne m’a jamais appris à faire cours, on ne m’a pas appris à asseoir mon autorité!
Je n’ai jusqu’à présent bénéficié que d’un seul jour de formation, c’était le 16 octobre… » (Maryline, 22 ans, enseignante stagiaire en anglais)

Lire les témoignages recueillis lors de la rencontre au SNES dans le cadre de la journée nationale d’expression des stagiaires.
—–

Le SNES en campagne – Journée nationale d’expression des stagiaires : le dossier de la conférence de presse

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :