L’usine à concours fonctionne 7 jours sur 7

14/07/2010
Aurélie Collas

L’usine à concours fonctionne sept jours sur sept, presque jour et nuit. Même le 14 juillet ne sera pas chômé puisque la machine à sélectionner les futurs enseignants s’arrêtera le 25 juillet, une fois établie la liste d’admis définitive.

Une organisation que le principal syndicat du second degré, le SNES-FSU, d’ordinaire plus critique, analyse comme un moyen d’accroître l’égalité de traitement des candidats. « Les oraux des concours sont toujours très concentrés sur une période », explique Emmanuel Mercier, responsable national en charge de la formation. « Il faut éviter de trop grands écarts de temps de préparation entre les candidats », ajoute-t-il.

Lire l’article dans son intégralité.
Disponible seulement pour les abonnés du journal ou à l’achat à l’unité.
—–

Communiqué de presse du 02 juin 2010 : « Concours 2011, c’est mal parti… »

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :